AD Chapitre 32

Chapitre 32 – Subjugation

 

C’était comme le disait Soran ; sa voix faiblissait encore quand ils sentirent des mouvements souterrains. Quittant leur butin, les gardes et Soran se sauvèrent immédiatement de la scène. En moins de deux minutes, la terre gonfla de nouveau, et les ankhegs se manifestèrent l’un après l’autre. Au total, trois nouveaux ankhegs apparurent du sol.

Les gardes qui s’échappaient regardaient en arrière et frissonnaient tandis que des sueurs froides éclataient sur leur dos. Si Soran ne leur avait pas dit de partir tout de suite, certains d’entre eux seraient déjà morts.

Un seul ankheg était déjà difficile à gérer, et encore moins trois. Même avec la force du chef, qui était un barbare du Nord de grade 3, ils auraient été annihilés. Avec trois salves consécutives d’attaques à l’acide, la moitié des gardes auraient perdu la vie, et les autres auraient été incapables de mener un bon combat contre trois ankhegs.

C’était la raison même pour laquelle les ankhegs avaient une cote de défi plus élevée que les démons serpents appartenant aux Abysses.

Une fois que les ankhegs découvrirent le cadavre de leur membre de meute, ils se dirigèrent vers les hommes qui s’échappaient en sifflant fort, probablement par instinct primitif. Cependant, malgré leurs déplacements sous terre, les trois monstres étaient toujours incapables de rattraper les gardes en fuite qui montaient des chevaux. Ils remontèrent alors leur corps et ne pouvaient que regarder dans la direction où les gardes et Soran fuyaient. Même les loups se vengeaient pour les membres de leur meute ; les monstres surnaturels comme les ankhegs feraient certainement la même chose.

« Merci mec. » Le chef des gardes tapota Soran sur l’épaule, il tenait le garde lourdement blessé dans ses bras et retourna au groupe de marchands à cheval.

Les blessures de Soran n’étaient pas si graves, ses épaules étaient légèrement corrodées par l’acide. Cependant, le garde qui avait pris le jet d’acide ne fut pas aussi chanceux. Malgré le fait qu’il avait bloqué une grande partie de l’attaque avec son bouclier, une partie de l’acide avait quand même atterri sur son corps, ce qui lui avait causé des brûlures sur tout le corps.

La caractéristique la plus redoutable de l’acide des ankhegs était qu’il n’était pas seulement fortement acide, mais aussi toxique. C’était peut-être une chance pour les gardes qu’ils n’aient rencontré que des ankhegs, pas des wyverns. S’ils rencontraient des wyverns, qui avaient une cote de défi de 15, même une armure complète serait rendue inutile par l’acide des wyverns.

L’acide ankheg était un jeu d’enfant comparé à celui des wyverns ; l’acide wyvern était l’une des substances les plus corrosives et toxiques au monde (à l’exception des articles légendaires), sans parler du fait que les wyverns vivaient aussi en groupes.

L’escouade de marchands apparut bientôt. Les gardes des marchands qui patrouillaient dans les environs réagirent rapidement, un tiers d’entre eux se débarrassèrent de leurs armes et gardèrent l’escouade de marchands tandis que d’autres allèrent recevoir les membres blessés. Les marchands se hâtèrent d’ordonner aux ouvriers de rassembler les chariots, formant une simple formation défensive – c’était une méthode couramment utilisée par les marchands expérimentés pour repousser les bandits.

« Amenez-moi à la Maîtresse. »

Le chef des gardes haletait en emportant son collègue blessé. Le garde lourdement blessé était déjà aussi pâle qu’un drap ; c’était dû aux toxines qui pénétraient dans son corps et à la sévère perte de sang par ses blessures.

Les ennemis n’étaient pas le seul facteur qui pouvait mettre fin à la vie quand on s’aventurait dans le désert ; les blessures non traitées se détérioreraient et les tueraient aussi bien, même si le corps était plus solide que dans le monde d’origine de Soran.

Les gardes des marchands se rassemblèrent bientôt et formèrent une formation défensive. Des archers et des arbalétriers étaient postés sur les chariots tandis que des guerriers entièrement blindés tenaient des boucliers devant eux ; on aurait presque dit qu’il s’agissait d’une armée disciplinée.

Les marchands du Nord – c’étaient les plus forts de tous les marchands en termes de puissance de combat. Beaucoup de joueurs qui étaient devenus voleurs et bandits par désespoir les appelaient  » les gros durs « , car les gardes des marchands du Nord étaient des soldats à la retraite.

La séduisante maîtresse de l’escouade marchande apparut de l’intérieur de la grande carrosse au centre de la formation défensive. Elle jeta un coup d’œil au garde blessé et dit d’une voix sévère : « Nettoyez la blessure et amenez-le dans mon carrosse ».

Elle se retourna et regarda Soran. « Toi aussi. J’ai une pommade spéciale, alors elles soigneront tes blessures. »

Tandis que le chef des gardes rapportait à la maîtresse ce qu’ils avaient rencontré, les autres nettoyaient les blessures des blessés. Tout se faisait dans le calme et l’ordre, sans qu’aucun d’entre eux ne montre de signes de panique ; la seule personne capable de maintenir un tel ordre au sein de l’équipe n’était autre que la mystérieuse dame.

La descendante des sorciers du Nord – tous ses ordres étaient parfaitement exécutés. Les marchands qui étaient initialement perturbés commencèrent à se calmer après avoir reçu son ordre, et ils ordonnèrent à leurs employés de sortir les pommades comme demandé.

Les sorciers du Nord étaient des êtres puissants et insondables, et ils étaient plus menaçants que leurs homologues du Sud. Non seulement ils pouvaient jeter des sorts mystérieux, mais ils avaient aussi des capacités innées de sorcier.

C’était l’une des professions les plus difficiles à faire progresser aux débuts ; il avait une condition préalable pour avoir le grade 3 dans la profession de base, spellcaster niveau 5, et surtout, la capacité Divination.

Le chef des gardes soignait personnellement le garde grièvement blessé, couvrant ses blessures avec la pommade spéciale et lui faisant boire une potion.

Malgré des blessures mineures, Soran ne pouvait pas empêcher Vivian d’appliquer de la pommade sur tout son corps comme s’il était gravement blessé. Elle ne se retenait pas du tout et utilisait autant de pommade que nécessaire et fit même boire une potion à Soran, même si c’était plutôt inutile.

La jeune fille pleurait rarement. Contrairement à d’autres filles qui pleuraient et sanglotaient à la vue de la moindre blessure, Vivian avait l’habitude de soigner les blessures de Soran, car il revenait souvent chez lui blessé dans le passé. Le frère et la sœur avaient une alchimie exceptionnelle, et Vivian était toujours prête à devenir la complice de Soran dans le crime malgré son jeune âge.

« Ankhegs ? » La maîtresse fronça les sourcils, jeta un coup d’œil à Soran et s’adressa au chef des gardes en lui demandant : « Et maintenant ? On fait quoi ? »

Le chef des gardes avait un regard troublé lorsqu’il répondit :  » Je ne suis pas trop certain des habitudes de ces créatures non plus. Peut-être que ce type en sait plus. »

Tout le monde sur les lieux se tourna vers Soran, qui remontait le moral de Vivian avec de terribles blagues. La jeune fille était amusée malgré les blagues non raffinées de Soran, mais elle tira les manches de son frère quand elle remarqua que tout le monde les regardait fixement.

Soran se rendit vite compte de son erreur, mais il parla comme si rien ne s’était passé. « Les Ankhegs sont des monstres têtus qui ne quittent jamais leur territoire.

« Il doit y avoir une raison pour qu’ils apparaissent ici. Sachant qu’ils se sont installés à cet endroit, ils ne partiront pas de sitôt.

« Il n’y a que deux solutions à la situation. Un, nous envoyons des hommes pour les tuer. Si nous ne le faisons pas, ils nous attaqueront sûrement si nous pénétrons dans leur territoire nouvellement revendiqué. Deux, on fait un détour et on les évite. Je peux vous assurer que les ankhegs ne nous poursuivront pas. »

La mystérieuse maîtresse fronça les sourcils après avoir entendu le mot  » détour « , et elle donna immédiatement un ordre. « Norald !  » Amène tes hommes et extermine les monstres. »

Sa voix sévère laissait entendre qu’elle n’avait pas l’intention de revenir sur son ordre. Le chef des gardes Norald répondit sans hésiter : « Comme vous voulez, Maîtresse. J’amènerai des hommes pour s’occuper des problèmes. »

Norald prit congé pour rassembler ses hommes et son équipement pour subjuguer les ankhegs. Il ordonna aux employés de sortir de grands boucliers et la moitié des gardes pour défendre l’escouade marchande tandis que l’autre moitié allait éliminer les ankhegs.

La plupart des membres de l’escouade marchande appelaient la mystérieuse dame  » Maîtresse « , ce qui indiquait qu’elle jouissait d’un statut social élevé. Bien que n’étant pas ses esclaves, toutes les personnes présentes étaient ses subordonnées. Soran ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur l’identité réelle de la maîtresse.

Les sorcières du Nord – ces femmes qui pouvaient avoir leur propre territoire à l’intérieur de la nation de Frostmaiden ne pouvaient pas être de simples femmes, et leurs capacités dangereuses consolidaient davantage leur nature menaçante.

Soran réfléchit un moment, puis se leva et dit :  » Bon, j’irai aussi.

« J’ai de l’expérience contre les ankhegs. Ce sera plus facile de les tuer avec moi là-bas. »

Soran rassura Vivian qu’il irait bien, puis rejoignit rapidement le groupe de gardes. Comme il ne faisait que suivre, la maîtresse ne lui ordonnait pas de se joindre au groupe de subjugation par respect. Néanmoins, le chef des gardes exprima le souhait qu’il rejoigne le groupe en jetant un coup d’œil à Soran tout en rassemblant ses hommes.

La maîtresse hocha la tête en signe d’approbation.

Le chef des gardes s’approcha de Soran à cheval et dit : « Ne t’engage pas dans le combat plus tard. C’est bien de nous dire leurs faiblesses. »

Soran toucha la poignée de son épée incurvée et testa son corps, puis répondit :  » J’ai compris.

« Alors, dites aux hommes d’apporter plus de boucliers car l’armure en cuir est inutile contre leur acide. J’appâterai les ankhegs quand on y sera. »

Soran avait reçu plus de 900 EXP d’abattage juste après avoir donné le coup fatal au ankheg. Après avoir atteint le grade 2 dans sa profession, la condition pour atteindre le niveau 6 de Rogue était 3000 EXP ; ce n’était pas quelque chose qui pouvait être accompli en crochetant simplement des serrures et en désarmant des pièges. Il avait besoin de s’engager dans des combats et de tuer des monstres.

Avec une force de combat aussi importante, c’était relativement sûr pour Soran de gagner de l’EXP. Il serait formidable de recevoir 900 EXP de plus dans le combat suivant, car c’était peu probable de rencontrer à nouveau des monstres aussi forts, sans parler du fait qu’il n’était pas sûr de pouvoir abattre seul un ankheg.

Dans des aventures ordinaires, il ne recevait qu’environ 800 points après avoir tué un groupe de quinze à trente kobolds, même avec un sorcier kobold inclus dans le groupe, car l’EXP était divisé entre les membres de l’équipe. Soran ne pouvait tout simplement pas laisser échapper l’occasion d’augmenter sa force !

 

(Note de l’auteur : Concernant la consommation d’énergie de l’état explosif (burst) en combat, veuillez jeter un coup d’œil à un match de boxe de poids lourds. Les boxeurs professionnels poids lourds auraient une constitution de 15, mais leur endurance chuterait encore drastiquement après quelques rounds.

Publicités

3 réflexions au sujet de « AD Chapitre 32 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.