TWO Chapitre 56


Chapitre 56 – La ville aux fleurs

 

 

Après avoir vu Tian Wenjing et Du Xiaolan, Ouyang Shuo se leva et quitta le Manoir. Il était prêt à aller à la caserne et à choisir un sergent pour accompagner Gu Xiuwen et former les gardes pour le village de Beihai.

 

Il y avait dix sergents actifs. Zhang Daniu, Zhao Sihu et Li Mingliang se battaient durement pour le commandement de l’escadron d’infanterie, et il ne pouvait pas les choisir. Parmi les autres officiers, Liao Kai et Zhou Feng étaient les plus remarquables, mais il ne savait pas si Lin Yi était prêt à les libérer.

 

À la porte de la caserne, il y avait depuis longtemps des avis de recrutement affichés. Il y avait un groupe de jeunes garçons réunis autour d’eux et en train de discuter.

 

« Regarde, la caserne a posté un avis de recrutement, on ne peut pas rater ça ! »

 

 » Voyons, petit puant. La dernière fois que tu as participé à la sélection, tu as été éliminé, pourquoi est-ce que tu reviens ! »

 

 » Alors, c’est à notre tour d’arriver, hé ! »

 

« Vous voulez savoir quelque chose, le dernier recrutement était pour la cavalerie, j’ai été éliminé à cause de ma vision. Mais mon corps et mes tests physiques étaient excellents. Cette fois, c’est l’infanterie, je peux certainement être sélectionné. »

 

« Hé, je ne serai pas pire que toi. Si tu peux te qualifier, moi aussi, je le peux certainement ! »

 

« Oui, oui. Tu sais, dans notre ville de Shanhai, être un soldat est génial. Tu n’as pas vu le fils d’oncle Tie diriger des dizaines de soldats comme sergent ? C’était impressionnant ! »

 

« Ouais, et aussi Liao Kai, le fils de mère Wu, elle était si heureuse quand il a été fait sergent, il a même rencontré le seigneur ! Elle est si fière de son fils. Je veux que ma mère soit fière de moi, je dois m’engager dans l’armée. Si je pouvais être sergent un jour, ce serait génial ! »

 

« Malheureusement, ils ne recrutent que des fantassins. J’aime toujours la cavalerie, monter à cheval est plus prestigieux ! »

 

« Que sais-tu, l’infanterie et la cavalerie ont leurs avantages et leurs inconvénients, tu ne peux pas les mettre ensemble et comparer. L’infanterie porte des armures lourdes, et ne mentionne même pas à quel point elles sont cool ! Si la cavalerie légère ordinaire les engage, ils peuvent les vaincre facilement ! »

 

« En effet ! La guerre de siège repose aussi sur l’infanterie. »

 

« Eh bien, je pense toujours que la cavalerie est puissante. Une charge collective, qu’est-ce qu’une formation carrée peut faire pour rivaliser avec ça ? »

 

« Si tu veux te battre, attends qu’on soit admis et bats-toi ! »

 

« Ouais, tu n’es même pas encore choisi et tu rêves déjà. »

 

« Ne restez pas à la porte du bureau, allez vite vous inscrire ! »

 

« C’est vrai ! Allez, allez, allez~~ »

 

Un groupe de personnes enthousiastes se précipita avec un but puissant vers la caserne.

 

Il semblait que l’enthousiasme des citoyens était très élevé. Sans savoir pourquoi, Ouyang Shuo se sentit soudain un peu triste. Ces jeunes gens n’avaient vu que le côté fier du soldat, et non la tragédie du champ de bataille et la désolation des blessés graves et des retraités.

 

Secouant la tête, Ouyang Shuo se calma et suivit lentement derrière le groupe jusqu’à la zone des casernes. Les soldats étaient sur le terrain. Il y avait déjà une longue file d’attente. Dès les premières lueurs du jour, pas moins de 100 personnes étaient déjà venues s’inscrire.

 

Le Général Shi était assis sur une chaise sur le terrain d’entraînement, surveillant tout avec deux assistants derrière lui. Il fut surpris de voir Ouyang Shuo à cette inscription publique.

 

Ouyang Shuo I’ignora, garda son sang-froid et alla directement à la recherche du capitaine Lin Yi.

 

Tous les deux se rendirent à l’intérieur de la caserne pour utiliser la salle de réunion. Ouyang Shuo lui sourit et lui demanda :  » Vous venez de prendre la tête de l’escadron de cavalerie. Vous vous en sortez bien ? »

 

« C’est bon », répondit Lin Yi en souriant. Il n’allait certainement pas se plaindre à son seigneur, mais l’influence du Général Shi imprégnait encore l’escadron de cavalerie et jouait un rôle dans tout. Ouyang Shuo l’avait nommé chef d’escadron de la cavalerie, à la fois par reconnaissance et comme un test pour lui. S’il ne pouvait pas surmonter cette difficulté, il ne méritait pas de rester dans la hiérarchie de l’escadrille.

 

Ouyang Shuo avait transféré le Général Shi de l’escadron de la cavalerie et l’avait chargé de former de nouvelles recrues. C’était un avertissement pour lui. Les résultats de la dernière bataille, il ne les avait pas pardonnés. S’il pouvait trouver un stratège de l’armée, Ouyang Shuo ne serait pas prêt à laisser le Général Shi diriger les troupes à nouveau. A ce stade, la Ville de Shanhai n’avait pas assez de profondeur pour supporter de multiples et misérables victoires de ce genre.

 

 

 

« Eh bien, cette fois, je suis venu vous emprunter quelqu’un, » dit Ouyang Shuo, mettant fin à la petite conversation et allant droit au cœur des choses.

 

« Seigneur, ordonnez. »

 

« Afin d’augmenter rapidement l’efficacité au combat de la garnison dans le nouveau village de Beihai, j’ai décidé qu’il fallait un officier. Avez-vous des recommandations pour le commandant de cette garnison ? » Ouyang Shuo ne précisa pas quel officier, attendant d’avoir le point de vue de Lin Yi.

 

« J’aimerais savoir combien de personnes le Seigneur voudrait dans cette garnison. » Lin Yi ne répondit pas directement, mais demanda d’abord la situation de la garnison.

« La menace pour la sécurité du village de Beihai est bien plus faible qu’au village de Shanhai auparavant. Par conséquent, la garnison est provisoirement prévue pour 50 personnes. Juste une équipe de préparation. »

 

« Dans ce cas, aller au village de Beihai sera plus une promotion déguisée à l’officier sélectionné. A mon avis, Liao Kai et Zhou Feng sont tous les deux appropriés. »

 

Ce n’était pas contraire aux attentes de Ouyang Shuo, mais la réponse ne le satisfaisait pas. « Parmi ces deux-là, Liao Kai et Zhou Feng, lequel te semble le plus approprié ? »

 

Lin Yi était un peu embarrassé, pensant sérieusement, et finit par cracher, « Zhou Feng ! »

 

« Raisons ? »

 

« Comment dire ça… Ces deux personnes ont toutes les deux leurs points forts, elles ne sont pas faibles. Liao Kai est assoiffé de sang, ose se battre, charge sans ménagement vers l’avant. Zhou Feng est calme, ne panique pas. Pour le Village de Beihai, si je devais n’en choisir qu’un seul, je serais plus enclin à Zhou Feng, » expliqua clairement Ling Yi.

 

« Eh bien, occupe-toi de ça. Informez Zhou Feng, envoyez-le à Gu Xiuwen et il commencera demain. » Sans hésitation, Ouyang Shuo a choisi de croire au jugement de Lin Yi.

 

Après avoir déterminé le commandant de garnison pour Beihai, Ouyang Shuo ne resta pas dans la caserne, il retourna directement dans le Manoir. En arrivant, il était déjà 17 heures. Il y avait encore beaucoup de choses à arranger, mais le temps ne le permettait pas. Il retourna simplement à son bureau, ferma les yeux et commença à planifier le plan de la ville dans sa tête.

 

Après la promotion au rang de ville, l’expansion rapide des zones territoriales du joueur signifiait qu’il n’était plus aussi isolé qu’il l’avait été au niveau du village. Il était possible que le territoire d’un autre joueur ne soit pas loin du vôtre. Et peut-être qu’après une mise à jour, votre territoire pourrait se trouver à la limite de celui d’un autre joueur.

 

À ce moment-là, la façon de traiter avec vos voisins devait être très subtile. Après tout, Earth Online était une question d’hégémonie ; la guerre et la mort étaient au cœur du jeu. Si les joueurs ronflaient sur le canapé, comment pouvait-il les laisser dormir ?

 

Tant que quelqu’un avait un peu d’ambition, il ne se considérait pas comme un ami ou un voisin. Qu’il s’agisse d’affûter des épées ou de les poignarder dans le dos, le but ultime du jeu était qu’elles se détruisent complètement l’une l’autre, pour gagner une zone plus large de développement territorial.

 

Ce genre de guerre entre les territoires définirait le point médian du jeu. Au niveau de l’État, les batailles entre les joueurs seraient les plus intenses, la frontière verrait des événements de destruction et d’occupation se dérouler chaque jour. L’étape de ville n’était qu’un prélude, elle ne comptait même pas comme une entrée.

 

Il devait donc commencer à s’y préparer. Après avoir vécu le siège des bêtes, il y avait encore pas moins de 70 joueurs seigneurs dans le bassin de Lianzhou. Et trois d’entre eux avaient fini sur la liste régionale de Dali !

 

C’est pour cette raison stratégique qu’il avait créé la Division du renseignement militaire.

 

Jusqu’à ce qu’il se déconnecte le soir, Ouyang Shuo ne savait toujours pas ce qu’il allait faire. A ce stade, il ne pouvait que passer à l’étape suivante. Après tout, le monde entier savait que Shanhai était maintenant une ville, et le reste des joueurs se battaient encore pour la plupart dans le village, ce n’était pas le moment de se rencontrer.

 

 

 


En sortant de la cabine de jeu, Ouyang Shuo fit ses quelques tours habituels dans le quartier. C’était presque la fête du printemps, et le quartier se remplissait lentement de l’esprit de la nouvelle année.

 

A la porte de la communauté, la société immobilière avait mis deux énormes kumquats, à côté d’un cercle de chrysanthèmes. C’était exceptionnellement festif. Des lanternes rouges, ainsi que des bannières  » Célébrons la nouvelle année  » avaient été affichées partout.

 

Voyant le kumquat placé là, Ouyang Shuo pensa au marché aux fleurs traditionnel. Il fait très beau aujourd’hui, pourquoi ne pas sortir faire un tour et en profiter ?

 

Après y avoir pensé, Ouyang Shuo rentra chez lui et appela sa petite sœur encore endormie : « Bébé, lève-toi maintenant, ton frère va t’emmener visiter le marché aux fleurs aujourd’hui. Si tu attends, il sera trop tard ! »

 

Entendant qu’ils allaient jouer dehors, Bing’er se réveilla en un instant, bondit hors du lit, faillit glisser, et courut se laver. Vraiment un petit singe, pensa Ouyang Shuo en secouant la tête.

 

Le marché aux fleurs du printemps, un événement traditionnel de la culture Han, était rempli de gens et de fleurs partout.

 

Pour les habitants de la province de Jiao, les fleurs étaient indispensables pour la fête du printemps. Parce que la fleur symbolisait de bonnes choses, ils pouvaient apporter aux gens une belle scène. Une grande variété de fleurs, de toutes les formes, tailles, couleurs et parfums, s’adressait à toutes sortes de personnes pour toutes sortes de raisons, étroitement liées aux moments heureux et aux souvenirs.

 

Se faufilant dans les fleurs comme un cerf heureux, Bing’er était partout. De temps en temps, elle s’arrêtait à côté de ses fleurs préférées pour que son frère puisse prendre une photo d’elle.

 

Au marché aux fleurs, c’étaient les kumquats, les fleurs de pêches et les narcisses qui se vendaient le plus. Ces trois sortes étaient transformées en tableaux floraux. Pour le kumquat, parce qu’en cantonais c’était un homonyme de chance, ramener un pot de kumquats à la maison symbolisait la grande fortune. La pêche était un symbole de grand succès, et c’est pourquoi elle était achetée par des personnes plus jeunes. Les narcisses symbolisaient la richesse et les présages propices.

 

Ouyang Shuo ne pouvait naturellement pas éviter cette tradition, il acheta les trois dans un pot, et les donna à Bing’er pour les ramener chez lui.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « TWO Chapitre 56 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.