TWO Chapitre 69


Chapitre 69 – Rassemblement partie 2

 

 

 

Les étudiants dans la salle, en voyant Yuanping amener Ouyang Shuo dans la salle avec un tel zèle, furent stupéfaits. En dehors de lui, l’autre personne qui avait eu un tel traitement était la fleur de classe Song Jia.

 

Dans la grande salle, il y avait quatre tables. Yuan Ping conduisit Ouyang Shuo à la première table et dit en souriant : « Notre beau Ouyang Shuo, vous le reconnaissez tous… »

 

Assis à la première table, en plus de la fleur de classe, il y avait aussi Meng Fei Fei et Xiaoli Tan qu’il avait rencontrées en faisant ses courses de cadeaux pour le Nouvel An. En le voyant, elles lui sourirent et le saluèrent.

 

Après le départ de Yuan Ping, Ouyang Shuo commença à discuter avec les autres camarades de classe.

 

Dans ce monde, il ne manquait jamais de gens qui suscitaient l’envie des autres. A la même table se trouvait l’un d’eux, Zhao Qinglin. Après avoir obtenu son diplôme, avec l’aide de ses parents, il devint assistant du directeur de Bingfeng Corporation, la plus célèbre société immobilière de l’État de Jiao. De tous les étudiants, il pourrait être considéré comme une personne à succès.

 

Zhao Qinglin était vraiment jaloux des antécédents familiaux de Yuan Ping. Il s’était précipité pour se joindre au rassemblement mais ne s’attendait pas à ce que Yuan ping le mette à la première table et qu’il partirait juste après. Au contraire, il avait traité Ouyang Shuo avec tant de chaleur, le rendant jaloux.

 

Il dit froidement à Ouyang Shuo :  » Vieux camarade de classe, tu es si impatient. Tu portes la montre si vite, tu n’as pas les moyens d’acheter de tels appareils électroniques ? »

 

En entendant ses paroles, toute la table était silencieuse. Deux des étudiants de l’école A qui s’en sortaient à peine étaient gênés et cachèrent leur montre en entendant cela.

 

Ouyang Shuo rit, cependant, il n’était pas le type de personnes qu’il aimait à l’école, alors quand il le défia, il dit :  » Ouais, je ne peux pas me le permettre. Puisque ta famille est si riche, pourquoi ne pas apprendre de Yuan ping et nous donner un cerveau à tous ? »

 

Les étudiants à la table riaient, sans la gène d’avant, ils regardaient tous Zhao Qinglin pour voir ce qu’il allait répondre.

 

« Toi ! » Zhao Qinglin ne s’attendait pas à ce que Ouyang Shuo soit aussi éhonté, et admettait son manque d’argent. Il était vrai qu’il avait de bons antécédents familiaux, mais cela ne se comparait qu’à ces étudiants, sinon il n’aurait pas besoin de se précipiter ici pour se rapprocher de Yuan Ping. Lui demander de retirer 200 000 crédits pour des cadeaux, c’était impossible.

 

Ouyang Shuo n’accordait que peu d’attention à son visage embarrassé, prenant la tasse de thé et buvant de façon décontractée.

 

Tan Xiaoli, qui était assise à sa gauche, lui leva le pouce et le félicita :  » Wow ! C’est Ouyang Shuo, le nerd et tranquille ? Tu as vraiment changé notre opinion. Si je n’avais pas de petit ami, je te draguerais. »

 

 » Toux toux ! » Ouyang Shuo s’étouffa avec le thé. Toutes les filles d’aujourd’hui étaient si ouvertes, évoquant des sujets si audacieux.

 

« C’est quoi ton expression, ne me dis pas que ma sœur ne te va pas ? Bien que tu sois très beau, ma sœur a deux corps et a l’air bien ? » Voyant l’expression de Ouyang Shuo, Tan Xiaoli exprima son indignation.

 

Ouyang Shuo leva la main pour se rendre :  » Étudiante Tan, Belle Tan, j’ai tort. Laisse-moi cette fois. »

 

 » Hé ! Je vais considérer ça comme la vérité. » Tan Xiaoli bougea les yeux, marchant à ses côtés. « Aiyo, tu n’as pas de petite amie, hein ? Laisse-moi te présenter Fei Fei. »

 

Ouyang Shuo n’avait rien dit d’autre que Fei Fei qui était à côté avait déjà rougi et grogna : « Je vais te trancher la gorge. »

 

Voyant les deux femmes jouer les idiotes sur le côté, Ouyang Shuo secoua la tête impuissant. Ses yeux tombèrent sur Song Jia qui était assise en face de lui. Il s’arrêta un moment avant de hocher la tête et de la saluer.

 

 

 

Song Jia était comme Yuan Ping, ils venaient tous les deux d’une famille aisée. La famille Song était classée dans le top 2 à Lingnan et le fait que Song Jia était une beauté avec une personnalité exquise, ce qui compliquait les choses pour les gens souhaitant la côtoyer. Yuan ping continuait à essayer de la courtiser depuis le début du lycée, mais malheureusement, ça n’a pas marché.

 

Lors de ce rassemblement d’étudiants, le maintien des relations était secondaire, ce qui était primordial, c’était sa tentative de courtiser Song Jia. Ouyang Shuo enviait la détermination de Yuan Ping, n’abandonnant pas après 10 ans.

 

Song Jia portait une robe haute en perle blanche à la taille, donnant l’impression d’être une déesse. Voyant Ouyang Shuo la saluer, elle leva sa tasse à thé. Ouyang Shuo leva la sienne et ils portèrent un toast, il semblait qu’ils avaient un accord tacite.

 

Zhao Qinglin vit cette scène et il était si jaloux qu’il devenait pratiquement fou. La déesse ne l’avait même pas regardé. Sa haine envers Ouyang Shuo s’était intensifiée.

 

Peu de temps après, tous les camarades de classe étaient arrivés et le rassemblement commença officiellement. Yuan Ping retourna à la première table et s’assit sur le siège principal, sa gauche et sa droite étant Ouyang Shuo et Song Jia.

 

Un rassemblement d’étudiants ne pouvait évidemment pas manquer de partage et de conversations. Connaissances ou pas, bientôt tout le monde buvait ensemble et se remémorait le passé, donnant l’impression que de vieux amis se réunissaient.

 

Grâce à Yuan Ping, il y avait beaucoup de camarades de classe qui étaient venus boire un verre avec Ouyang Shuo. Certains avaient de bonnes intentions alors que d’autres en avaient de mauvaises. Ouyang Shuo n’avait pas peur d’eux parce que si on parlait de tolérance à l’alcool, il n’avait peur de personne.

 

Bien sûr, l’étoile la plus brillante était Yuan Ping et les gens qui le cherchaient étaient sans fin. On le tirait autour des tables pour boire.

 

« Vieux camarades de classe, buvons un verre ensemble ! » La voix douce d’une fille résonnait dans son oreille. Il se retourna pour voir Song Jia, lui levant une tasse de vin rouge.

 

Ouyang Shuo hocha la tête et se versa du vin rouge. « Ok, je vais prendre une tasse avec notre déesse. » Ouyang Shuo avala tout le verre de vin.

 

Ce à quoi il ne s’attendait pas, c’est qu’elle le finisse aussi, ses joues rougissant instantanément.

 

Ouyang Shuo se rappelait que lorsqu’elle avait porté un toast avec Yuan Ping, elle n’avait pris que de petites gorgées. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle le favorise.

 

Pour dire la vérité, à l’école secondaire, ils n’avaient pas beaucoup d’interaction. L’un venait d’une famille riche et avait une personnalité froide, l’autre était ordinaire et un introverti qui ne parlait pas beaucoup aux autres.

 

Il ne comprenait pas, mais ça ne le dérangeait pas. Prenant le risque, il commença à discuter avec Song Jia. Après avoir commencé à travailler en étroite collaboration avec Fan Zhongyan, sa capacité d’expression orale avait considérablement progressé et les deux se mirent à discuter profondément.

 

 

 

A ce moment-là, Yuan Ping revint et derrière lui se trouvait Zhao Qinglin. Les voyant parler, il sourit : « Je suis parti un moment, je ne pensais pas que vous seriez dans une conversation aussi profonde. »

 

Ouyang Shuo ne savait pas si ses mots avaient un sens caché, mais il s’en fichait. En réalité, il n’était qu’un nuage qui passait, il riait et disait : « L’étoile de ce soir, assieds-toi et mange un peu. »

 

Ouyang Shuo essayait de changer de sujet mais quelqu’un était malheureux. Zhao Qinglin était comme un clown sautant de derrière le dos de Yuan ping en disant sarcastiquement : « De la façon dont je le vois, le crapaud essaie de manger de la viande de colombe ». Le chien de poche qui suivait Yuan Ping sauta pour se battre pour son maître.

 

Le visage de Ouyang Shuo s’assombrit et au moment même où il voulait donner une leçon à Zhao Qinglin et lui faire entendre raison. Song Jia avait déjà sauté en avant et gronda : « Certaines personnes veulent être méprisables, je ne peux les en empêcher. Ouyang Shuo est mon ami, celui qui lui manque de respect, je ne le lâcherai pas. »

 

Se faisant gronder directement par Song Jia, Zhao Qinglin fut stupéfait, il retourna à son siège, honteux. Une paire d’yeux fixa Ouyang Shuo, voulant le déchirer.

 

A l’origine, Yuanping ne pensait pas trop, mais cette agitation assombrit son visage. Heureusement, c’était un enfant riche d’une famille importante, alors il avait des manières : « Nous sommes tous des camarades de classe. Venez, je vais boire avec vous tous. »

 

Ouyang Shuo ramassa calmement le verre de bière et le dégusta. Bien que Yuan Ping ait fait de son mieux pour améliorer l’ambiance, c’était un peu lunatique et maladroit. Une occasion heureuse à l’origine fut gâchée juste comme ça.

 

Il faut dire que Yuan Ping était un maître de l’adaptation.  Il en profita pour terminer le rassemblement plus tôt et dit : « Chers camarades de classe, j’ai réservé une suite dans le ktv à l’étage, allons chanter quelques chansons. »

 

Tout le monde était content de pouvoir chanter des chansons en étant défoncé, c’était évidemment une bonne chose et un plaisir.

 

Ouyang Shuo ne s’attendait pas à ce qu’il y ait un tel arrangement, et il se sentait embarrassé. Il n’avait pas oublié la promesse qu’il avait faite à Bing’er de rentrer tôt à la maison et de jouer avec elle. La raison première de sa venue avait été atteinte et il avait déjà rencontré les gens qu’il voulait rencontrer. Ils s’étaient souvenus de ce qu’ils auraient dû avoir. Une fois la jeunesse passée, c’était comme le vent, incapable de se recréer.

 

« Yuan Ping, je ne vais pas chanter, quelqu’un m’attend à la maison. Amusez-vous bien les gars ! » dit Ouyang Shuo en souriant à l’organisateur de l’activité.

 

Yuan Ping souhaitait sincèrement qu’il parte au cas où il aurait d’autres relations avec Song Jia. Il agissait avec regret : « Ai, nous aurions pu chanter un duo. La famille est importante et je ne te retiendrai pas. Prends soin de toi sur le chemin du retour. »

 

Ouyang Shuo hocha la tête et après avoir dit au revoir à tout le monde se tourna et quitta le couloir. Il se fichait de Tan Xiaoli, qui disait qu’il ne leur donnait pas de visage en partant si tôt.

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « TWO Chapitre 69 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.