TWO Chapitre 78


Chapitre 78 – Le marché de producteurs

 

 

Aujourd’hui, c’était le premier jour d’école pour Bing’er. Après s’être déconnecté, Ouyang Shuo se leva rapidement et emmena Bing’er pour prendre son petit-déjeuner. Ils arrivèrent finalement à l’école avant 9 heures.

 

Peu après son retour de l’école, la cabine de jeu commandée par Sun Xiaoyue arriva et fut installée dans sa chambre.

 

Ouyang Shuo se connecta de nouveau au jeu à 20h. Il pratiqua la technique de la lance et le Ba Ji Quan pendant deux heures, comme d’habitude. En passant devant le magasin général hier soir durant la fête des lanternes, il se rendit compte qu’il n’y était jamais entré depuis sa construction. C’était plutôt intrigant.

 

Le magasin général était l’un des nombreux magasins de base qu’il n’avait pas beaucoup vu. Le commerçant était le marchand de base Li Fugui. Le commerçant d’âge moyen fut surpris en voyant Ouyang Shuo, et dit de façon incohérente : « L’arrivée de Sire fait briller le petit magasin. Entrez, s’il vous plaît. »

 

Le magasin vendait des produits à usage quotidien tels que l’huile, le sel, la sauce, le vinaigre, le thé, etc. Aucun d’entre eux ne pouvait être produit sur le territoire à l’exception du sel. C’est l’étagère magique derrière le vendeur qui permettait au magasin général de faire apparaître ces produits apparemment à partir de rien.

 

Les étagères étaient semblables aux marchés existants, mais elles pouvaient soutenir les entreprises éloignées et les transferts. L’étagère serait mise à niveau au fur et à mesure que les quantités échangées atteindraient une certaine échelle, et les vendeurs et les magasins généraux pourraient également être mis à niveau.

 

Confronté à la visite de Ouyang Shuo, Fugui ne pouvait s’empêcher de partager avec lui les secrets du magasin général.

 

« Mon Seigneur, le magasin général a une fonction cachée. » dit Fugui de façon mystique.

 

« Oh ? Quelle est la fonction ? »

 

« Au magasin général, on ne peut qu’acheter, mais pas vendre. La seule exception concerne les produits locaux. Si ses marchandises étaient adoptées comme un produit local, elles pourraient être vendues par l’intermédiaire du magasin général, avec une taxe sur les transactions de seulement 10 %.

 

« Produit local ? » Ouyang Shuo fronça les sourcils, sans savoir si le thé aux trois fleurs Guilin appartenait ou non à la ville de Shanhai. Par la suite, il n’y eut plus de Guilin sous les Neuf dynasties. Il semblait qu’il devait trouver le temps de voir comment le thé aux trois fleurs était préparé dans l’atelier. Le simple fait d’essayer ne serait pas une erreur.

 

 » D’accord. »

 

 » Bien, je sais. Je vais rester à l’écoute. » Ouyang Shuo acquiesça.

 

Ouyang Shuo se rendit au marché intermédiaire après avoir quitté le magasin général. Il allait acheter des semences potagères pour se préparer à la construction d’un potager. Il y avait plusieurs sortes de légumes qui pouvaient être plantés au printemps. Il n’achetait pas que des légumes. Il acheta des douzaines de légumes, comme l’ail, le chou, le concombre, l’aubergine, les épinards, la laitue, la carotte, le poivre, la citrouille, les haricots rouges, la tomate, la courgette, etc.

 

Puis il acheta des semences de médicaments courants pour se préparer à la construction du jardin d’herbes médicinales. Comme de nombreux médicaments devaient être transplantés à partir de régions sauvages, la construction d’un jardin d’herbes médicinales était plus difficile que celle d’un jardin potager.

 

Il découvrit que de telles denrées ne pouvaient pas être fournies en quantité suffisante sur le territoire lors de sa visite au magasin général. Profitant de l’occasion, il dépensa 30 pièces d’or pour acheter le Manuel technique de fabrication du vinaigre et le Manuel technique de la fabrication de sauces.

 

De retour du marché, Ouyang Shuo réunit Sun Yannong, Du Xiaolan et Zhao Dewang dans son bureau pour leur expliquer le plan de ses paniers de légumes.

 

« Les légumes seront plantés dans des endroits précis, de sorte que la Division de l’agriculture récupérera 200 mu de terres agricoles pour y planter toutes sortes de légumes. La Division des ressources devrait avoir des espaces de vente de légumes prêts. La Division de la construction collaborera avec la Division des ressources pour construire un atelier de fabrication de vinaigre, un atelier de fabrication de sauce et un atelier de tofu afin d’enrichir les épices et les aliments auxiliaires des résidents.

 

Les trois secrétaires acceptèrent sans objection.

 

« Sire, après la mise en place officielle des trois ateliers, allons-nous ouvrir des magasins pour vendre ? » demanda Du Xiaolan.

 

Ce fut une inspiration instantanée déclenchée par la question de Xiaolan. Ouyang Shuo dit avec enthousiasme : « Pas besoin. Nous ne pouvons tout simplement pas construire une nouvelle boutique pour de nouveaux types de marchandises, car les marchandises sont abondantes tout le temps. Ce n’est pas raisonnable. À mon avis, nous construisons simplement un marché de producteurs à grande échelle. Ensuite, nous pourrons vendre des produits agricoles tels que les légumes, les fruits, le poisson, les œufs, les épices, les aliments auxiliaires, etc. En gros, tout ce qu’il y a sur le marché agricole.

 

Xiaolan s’excita et dit : « Mon Seigneur, c’est vraiment une excellente idée. De cette façon, non seulement c’est pratique pour les résidents, mais nous pouvons aussi acheter toutes les choses au même endroit. La Division des ressources peut les gérer plus facilement et réduire le personnel envoyé.

 

Ouyang Shuo secoua la tête. « Non seulement ça. Il est également pratique pour la Division de la fiscalité de prélever des impôts de façon intensive. Plus important encore, le marché agricole fournira une plateforme de vente pour les ménages individuels et stimulera davantage l’économie du territoire. Les gens qui élèvent des poulets et des canards et qui ne peuvent pas tout consommer peuvent vendre le reste sur le marché agricole pour gagner plus d’argent. Lorsqu’ils en tireront profit, sans notre aide, ils élargiront leur échelle de production. Ensuite, nous assouplirons les restrictions concernant les produits agricoles tels que les légumes, les fruits, le tofu, etc. pour que les ménages individuels puissent soutenir leur développement.

 

Les trois personnes hochèrent la tête et ils furent tous convaincus par la clairvoyance de leur Seigneur.

 

« La raison pour laquelle nous demandons des cultures intensives n’est pas pour lutter contre les intérêts des villageois. Pour le bien de la planification intégrée, il y aura des champs de légumes partout si nous ne contrôlons pas cela. Ça ne serait pas bon pour le plan de la ville. Ce n’est que lorsque certains résidents seront installés dans la banlieue de la ville que nous pourrons assouplir les restrictions sur les légumes et les fruits. » Ajouta Ouyang Shuo.

 

Sun Yanshuo hocha la tête, le doute se dissipa dans son esprit.

 

« Laissez la tâche de la construction du marché de producteurs à la Division de la construction. Bien que je sache que les projets de remparts et de douves entrent dans une période critique, nous devons encore transférer des artisans pour construire le marché de producteurs, y compris les trois ateliers mentionnés précédemment. » dit Ouyang Shuo à Dewang enfin.

 

« Mon Seigneur, détendez-vous. je vous garantis que je remplirai ma mission. » dit Dewang à haute voix.

 

« Eh bien, allez-y ! » Ouyang Shuo mit fin à la discussion.

 

A 14 heures, Ouyang Shuo était en train de lire le rapport du Département de l’Administration, et le gardien du portail arriva et rapporta. « Mon Seigneur, le directeur du dojo demande un entretien ! »

 

 » Fais-le entrer. »

 

Ouyang Shuo était très poli avec ce maître de boxe. Il lui versa personnellement du thé, lui dit en souriant : « C’est un nouveau thé pour cette année, veuillez le goûter. »

 

Lin Yue prit la tasse et en but une bouchée. « Bon thé ! » Posant la tasse doucement, Lin Yue dit avec embarras : « Pour être honnête, mon seigneur, je suis venu ici pour une chose pour laquelle j’ai besoin de votre aide. »

 

« Je vous en prie, M. Lin, tout ce qui ne va pas à l’encontre de mes principes. Vous avez fait preuve de bonté envers moi en m’enseignant des compétences et je ne refuserai pas. Dites-le-moi, c’est tout. » Comment Ouyang Shuo pouvait-il rater l’occasion de se rapprocher ?

 

« Le fait est que mes cinq apprentis ont tous terminé leur apprentissage et je veux leur trouver un emploi dans l’armée. J’espère que le Seigneur peut aider. »

 

Ouyang Shuo se tut un moment, ému par le personnage de Lin Yue. C’était facile pour lui de trouver des places dans l’armée pour ses apprentis. De plus, cela n’allait pas à l’encontre de ses principes. Mais il ne l’avait pas fait et avait plutôt demandé à Ouyang Shuo de le faire. Une attitude aussi claire envers le travail et la vie convainquit Ouyang Shuo.

 

« Les apprentis du dojo apprennent tous le Tai Chi avec M. Lin. Ce serait génial s’ils pouvaient s’engager dans l’armée. Je vous garantis qu’ils pourront servir de sergents une fois dans l’armée. S’ils réussissent, ils peuvent être promus sergents ou capitaines. » dit Ouyang Shuo en acquiesçant.

 

« Merci beaucoup, Seigneur. » Si le Seigneur l’affirmait. Comment pourrait-il être malheureux ?

 

Après le départ de Lin Yue, Ouyang Shuo se rendit dans le camp militaire. Maintenant, le camp militaire était devenu une caserne avancée, qui était à la fois plus agréable dans l’espace et plus fonctionnelle que le camp militaire intermédiaire.

 

Après être devenu une ville de grade 2, le territoire de Shanhai avait grandi mais l’armée ne s’était pas empressée de grossir les rangs restant un escadron de cavalerie et un d’infanterie. Ce n’était pas parce qu’il ne voulait pas l’agrandir, mais parce qu’il n’y avait pas de général. S’il agrandissait aveuglément l’échelle de l’armée, il n’y aurait personne pour les diriger.

 

Ouyang Shuo trouva Zhao Sihu et lui raconta les arrangements concernant les disciples du Dojo. Selon lui, les 5 disciples du dojo serviraient de sergents dans l’infanterie.

 

Sihu acquiesça. Il était passé par la salle de changement de classe dans la caserne avancée et avait été promu au rang d’officier de base. Il pensait justement à faire servir les gens comme sergents, et c’était exactement une aide instantanée.

 

Nom : Zhao Sihu (niveau Fer Noir)

 

Identité : Capitaine de l’escadron d’infanterie de la ville de Shanhai

 

Occupation : Général de base

 

Loyauté : 85

 

Commandement : 80

 

Force : 95

 

Intelligence : 60

 

Politique : 30

 

Méthode de culture : Aucun

 

Équipement : Fauchon délicat, armure en cuir doré, bouclier délicat

 

Évaluation : Né de l’herbe, passant à travers le sang et le feu. Soldat de rang 9 devenu général.

 

On pouvait voir que des généraux comme Zhao Sihu qui avait été promu d’un soldat de grade 9 était plus méchant qu’un général de base comme Lin Yi. Ce qui les rendait différents, c’était la méthode de culture.

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « TWO Chapitre 78 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.