TWO Chapitre 81


Chapitre 81 – Barbare de montagne (Partie 2)

 

 

Puisque le chef des barbares de la montagne voulait qu’il visite personnellement la forteresse de la montagne, Ouyang Shuo ne refusa évidemment pas. Ce courage et cette confiance étaient quelque chose qu’il avait. Mais il ne marcherait évidemment pas seul devant stupidement non plus.

Le lendemain, Ouyang Shuo dirigea l’escadron d’infanterie et, sous la direction de l’espion, ils se dirigèrent vers la forteresse de la montagne. Depuis les casernes, à travers les plaines, ils atteignirent la forêt en moins d’une demi-heure.

Après l’entrée, la vitesse des soldats diminua radicalement, il y avait des brindilles brisées et des feuilles mortes partout, les vignes couvraient leur vision et il était très difficile d’avancer. Ouyang Shuo descendit de cheval et marcha. Heureusement, le guide avait une bonne expérience et avait laissé des marques sur le chemin pour qu’ils ne se perdent pas.

Après deux heures de marche, l’éclaireur de devant signala que la forteresse de la montagne était à deux miles. Ouyang Shuo ordonna à ses troupes de se reposer, de se reconstituer et d’attendre patiemment.

En 20 minutes, l’équipe de Leng Qian atteignit sa position. Quant au groupe de San Gouzi, il était surveillé par les barbares des montagnes et ce n’était pas pratique de se rencontrer.

Leng Qian rapporta ce qu’ils avaient découvert sur les barbares :  » Toute la forteresse de la montagne en comptait environ 3 000, la plupart jeunes et forts. Comme ils vivent dans les montagnes profondes, ils n’ont pas une très longue espérance de vie et beaucoup ne vivent pas plus de 40 ans, les chances de survie des enfants sont également très faibles et leur espérance de vie moyenne est de 25 ans. Ils dépendent de la chasse pour survivre et cueillent parfois des fruits pour se nourrir.  Leur chef est habituellement le capitaine de chasse et est habituellement leur chasseur le plus fort. La forteresse de la montagne a aussi des chamans qui sont bien versés dans les arts médicinaux et qui sont les anciens et les sages, qui détiennent aussi beaucoup de pouvoir. »

« Toute la région est couverte par au moins 100 tribus. Entre les tribus se trouvent des territoires de chasse qui sont divisés. La tribu que nous rencontrons s’appelle la tribu Xuanniao et leur animal de tribu est l’oiseau Xuan, il ne peut être considéré que comme une tribu moyenne. J’ai entendu dire qu’au fond des montagnes, il y a de grandes tribus avec des dizaines de milliers de barbares. Le chef s’appelle Shi Xiong et est devenu célèbre parce qu’il a chassé un ours noir. Le chaman n’a pas de nom et s’appelle le grand chaman. »

Ouyang Shuo écoutait attentivement, le rapport de Leng Qian ne le décevait pas. En une seule journée, il avait réussi à découvrir tant de choses.

« Allons-y, rencontrons cette tribu Xuanniao. »

En moins d’une demi-heure, ils arrivèrent près de la forteresse de la montagne. Voyant le groupe d’hommes, les sentinelles crièrent : « Qui êtes-vous, donnez votre nom. »

« Je suis le seigneur de la ville de Shanhai et j’ai été invité par votre chef. » répondit Ouyang Shuo à haute voix.

La sentinelle eut une petite agitation, seulement pour voir une des sentinelles qui avait un petit oiseau noir qui s’arrêta sur son épaule. Il dit quelques mots à l’oiseau et il s’envola, profondément dans la forteresse de la montagne.

Voyant la situation, Ouyang Shuo secoua la tête d’impuissance. Pas étonnant que Zhang Daniu soit tombé dans une embuscade. La tribu avait un tel dispositif de surveillance, ils étaient voués à perdre. Ce petit oiseau noir reconnaissait non seulement le chemin, mais il comprenait aussi le langage humain. Il supposa que l’oiseau était un descendant de l’oiseau Xuan.

Au bout de 15 minutes, l’oiseau revint en pépiant vers la sentinelle. A part cette sentinelle, les autres n’avaient probablement rien compris.

« Le chef dit que le seigneur de Shanhai ne peut amener que deux hommes pour le suivre. Quant aux autres, ils doivent attendre à l’extérieur de la forteresse de la montagne. »

« Comment pouvons-nous faire ça ? Nous devons assurer la sécurité du sire. » Zhao Sihu ne put résister et cria.

« C’est ce que le chef a dit, vous devez le suivre. » dit la sentinelle.

Zhao Sihu voulait argumenter mais Ouyang Shuo le stoppa en souriant : « Puisque c’est le cas, le capitaine Zhao et Wang Feng vont me suivre ! »

Wang Feng était l’aîné des disciples de Lin Yue et le sergent de la première escouade.

« Sire, c’est trop dangereux. Pourquoi ne pas entrer dans la forteresse avec force ? » Zhao Sihu ne leur faisait manifestement pas confiance.

« C’est vrai sire, c’est vraiment trop dangereux. » Leng Qian tenta de le convaincre.

« Il n’y a pas besoin de me convaincre. Je crois que leur chef n’est pas une personne imprudente. Les barbares sont souvent fiers et s’ils voulaient nous attaquer, ils l’auraient déjà fait. »

Voyant qu’ils ne pouvaient pas le convaincre, tout le monde se résigna tout simplement. Leng Qian se retourna et cria à la sentinelle : « Écoutez, s’il arrive quelque chose à notre seigneur, la ville de Shanhai va vous écraser. »

La sentinelle grogna froidement en entendant ses menaces et ne répondit pas.

Ouyang Shuo décida d’emmener Zhao Sihu et Wang Feng, en suivant la sentinelle dans la forteresse de la montagne. Quand ils entrèrent, la sentinelle retourna à son poste et un autre barbare prit la relève.

En chemin, Ouyang Shuo découvrit la beauté de la forteresse de la montagne, en discutant avec les deux hommes à ce sujet. La forteresse avait ses points forts uniques, elle était simple, robuste et grossièrement construite. Les barbares passants, en voyant ces visiteurs rire et parler encore à un tel moment, leur montraient du respect, pas étonnant qu’ils aient pu recevoir l’invitation du chef.

Shi Xiong emmena les membres importants de la tribu pour les accueillir dans la salle de réunion.

« Invités de loin, bienvenue dans la tribu Xuanniao ! » annonça Shi Xiong à haute voix.

Ouyang Shuo sourit et s’exclama : « Merci beaucoup au chef pour votre invitation, qui m’a permis de visiter les sites des tribus barbares. »

Le visage de Shi Xiong se détendit et dit chaleureusement : « Entrez, s’il vous plaît ! »

« Veuillez entrer ! » Ouyang Shuo le suivit et entra dans la salle de réunion.

Après qu’ils se soient assis tous les deux, Shi Xiong alla droit au but et dit : « Seigneur de Shanhai, hier vos hommes ont dit vouloir travailler ensemble avec notre tribu, quels sont les détails ? »

« Leader respecté, je suis venu me faire des amis. Peu importe si la coopération est fructueuse, la ville de Shanhai vous donnera 100 000 unités de céréales gratuitement. » Ouyang Shuo brandit une carotte devant eux.

Quand il prononça ces mots, Shi Xiong était visiblement ébranlé. 100 000 unités de céréales pourraient les nourrir pendant 3 mois. Une telle générosité les amena immédiatement à le voir sous un jour positif et leur animosité à leur égard diminua.

Shi Xiong fut choqué, mais en tant que leader, il ne perdit pas son sang-froid. « Merci pour votre cadeau, notre tribu est reconnaissante. »

« La coopération a 3 conditions. D’abord, votre tribu descend la colline et vit dans le village de Qiushui. Deuxièmement, votre tribu peut choisir vos guerriers pour travailler dans l’armée de la ville de Shanhai et nous leur verserons un salaire. Enfin, votre tribu nous aidera à extraire des minéraux et de la pierre et nous vous paierons un salaire. » Ouyang Shuo balança 3 conditions.

 

« Notre tribu est restée ici si longtemps, descendre la montagne pour y vivre est difficile à faire. » Shi Xiong refusa la première condition.

Ouyang Shuo hocha la tête car c’était totalement ce à quoi il s’attendait. S’il n’y avait pas d’opportunité convenable, c’était impossible de les faire sortir de la forêt et de les amener dans les plaines.

« Quel est leur salaire pour servir dans l’armée ? » demanda Shi Xiong.

Ouyang Shuo se détendit car le gros poisson avait mordu à l’hameçon, « Les soldats normaux seront payés en fonction de leur grade. En le convertissant en grains, 10 unités au minimum et 90 unités au maximum. D’après les normes de vos unités, je dirais 50 unités de céréales. »

Shi Xiong hocha la tête et ne montra aucune expression, puis il demanda : « Quant à la troisième condition, le Seigneur peut-il nous en dire plus ? »

« Naturellement. D’après mes connaissances, cette région renferme des gisements d’argent et d’or et de nombreux minerais rares. Si votre tribu peut trouver ces minerais, la ville de Shanhai vous paiera du grain en compensation. Ouyang Shuo savait que dans sa vie passée Ba Dao avait trouvé une mine d’or par le biais des barbares de la montagne.

 » Asseyez-vous un moment, il faut qu’on en discute. » Après avoir dit cela, Shi Xiong fit en sorte que les membres de la tribu restent dans la salle avec eux et il alla lui-même dans la cour arrière.

Le grand chaman était dans l’arrière-cour, une si grande décision ne pouvait pas être prise seulement par Shi Xiong et il devait en faire part au grand chaman.

Après avoir écouté le message de Shi Xiong, elle garda le silence. Après un long moment, elle dit : « Ce seigneur est une personne intelligente. Il y a 3 mois, l’oiseau Xuan m’a dit que les gens viendraient de l’extérieur avec des poignards et qu’ils allaient exploiter la nature sauvage. Ces hommes sont soit notre chance de prospérité, soit ce qui entraînera notre mort. »

« Puisque c’est comme ça, chassons-les ! » dit Shi Xiong.

« On ne peut pas être si imprudents. Ce seigneur est venu avec sincérité et il pourrait nous aider à sortir de notre mauvaise situation. Nous pouvons envoyer des gens rejoindre leur armée. Quant aux minerais, nous devons les chercher rapidement pour résoudre notre problème alimentaire. »

« Oui ! Grand chaman, combien de soldats faut-il prévoir ? »

« Le premier groupe de soldats ne doit pas être trop nombreux, mais nous devons choisir nos meilleurs soldats. Choisissons 200. Shi Hu pense vite et est courageux, envoyons-le s’entraîner. »

Ouyang Shuo avait délibérément mentionné que leur salaire était lié à leur niveau de compétence afin d’éviter que la tribu n’envoie des guerriers minables pour faire le surnombre, ça avait évidemment marché.

« Je suivrai vos ordres ! » dit Shi Xiong avec enthousiasme. La capacité de Shi Hu était au sommet de l’équipe de chasse et était aussi celle qui présentait la plus grande menace pour lui. Maintenant que le grand chaman l’envoyait au loin, il était naturellement heureux.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « TWO Chapitre 81 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.