AD Chapitre 89


Chapitre 89 – Retour aux affaires

 

 

Deux jours passèrent en un clin d’œil. Soran passait la plupart de son temps à analyser Invisibilité et réussit finalement à l’apprendre. Incapable de tenir plus longtemps encore, il décida de construire le sort dans son esprit, ce qui lui prit plus d’une heure. Soran avait rempli ses deux fentes de sort de niveau 2 avec Invisibilité, tandis que les quatre fentes de niveau 1 étaient remplies de Missile Arcane.

 

Bien qu’il puisse aussi apprendre les sorts de niveau 3, Soran n’avait pas beaucoup de temps maintenant ; il faudrait attendre. Pour l’instant, il avait besoin d’obtenir rapidement plus de fonds. Bien que sa compétence en écriture de parchemin était maintenant de 36, il avait dépensé plus de trois cents Derahls d’or et était un peu serré sur l’argent. Comme ce n’était que l’après-midi, Soran décida de se reposer un moment pour se remettre de sa fatigue mentale après avoir appris des sorts pendant si longtemps et d’attendre la nuit à venir.

 

Soran se réveilla à dix heures du soir, après que le soleil se soit couché. Il se changea avec une tenue qu’il avait préparée à l’avance, puis enfila un masque et sortit. Soran avait reçu ces objets des gens du Royaume de Grey ; tant qu’on savait comment traiter avec ces gens, il pouvait très facilement mettre la main sur divers outils utiles.

 

Le couvre-feu nocturne était toujours en place à Whiterun, et le nombre de gardes patrouillant dans les rues avait pratiquement doublé par rapport à la normale. Soran, cependant, n’en avait rien à faire – il se fondit dans l’ombre et se dirigea vers le quartier noble.

 

Les classes sociales de ce monde étaient nettement séparées. Ceux qui étaient riches et avaient un statut social élevé étaient séparés de la population normale, et le quartier noble était un secteur particulier de la cité gardé par des soldats. Les citoyens normaux ne pouvaient pas entrer dans le quartier noble, et ils étaient interrogés et renvoyés dès qu’ils s’approchaient de son entrée. Les gardes ne laissaient passer que ceux qui portaient des vêtements élégants et bien rangés. Si des vagabonds étaient trouvés dans le district, les gardes seraient punis.

 

Par rapport aux autres endroits de la ville, le quartier noble était particulièrement propre et ordonné. Il n’y avait pas d’excréments dans les ruelles et il n’y avait pas de canalisations puantes. Le sol était recouvert de pierres lisses et il y avait de petites ouvertures pour diriger l’eau de pluie vers les égouts souterrains. Des parterres de fleurs et des arbres bordaient les deux côtés de presque toutes les routes, ainsi que d’élégantes demeures avec des fenêtres en verre coloré. C’était un signe de richesse ; le verre coloré était un produit alchimique, et les gens normaux ne pouvaient s’offrir que des fenêtres en carton.

 

La différence la plus importante entre le quartier noble et le reste de la cité, cependant, était la présence de patrouilles à l’intérieur du quartier et de postes de garde aux entrées. Des gens comme Soran étaient la raison pour laquelle les soldats patrouillaient dans le district. Beaucoup voudraient tenter leur chance en volant les nobles, et les gardes étaient là pour dissuader les voleurs d’entrer et appréhender ceux qui osaient essayer. Voler les nobles était un crime grave, et la personne attrapée pouvait avoir le bras cassé ou être envoyée dans les mines.

Soran murmura un chant et lança Invisibilité sur lui-même dans une ruelle sombre. Il disparut de l’endroit peu de temps après, le clair de lune prenant sa place comme s’il n’était pas là.

 

Sous les effets de furtivité, les pas de Soran étaient très légers et n’alertaient aucun des gardes. Il marchait même tout droit devant deux gardes patrouillant sans être découvert alors qu’il n’était qu’à quelques mètres de là. Les gardes continuaient simplement à discuter au sujet d’une maîtresse sexy d’une taverne et à rire. Si Soran le voulait, il pourrait mettre fin à leur vie, mais son objectif ici ce soir n’était pas de massacrer inutilement.

 

Les manoirs étaient tous sombres car presque tout le monde dormait. Plus loin derrière se trouvaient les manoirs des nobles de haut rang, mais Soran refusa d’entrer dans cette zone. Les nobles de rang inférieur n’avaient pas beaucoup d’objets coûteux, contrairement aux nobles de rang supérieur mais avec de très bonnes mesures de sécurité, il visait une maison de nobles de rang moyen.

 

Pour l’instant, les humains maintenaient encore l’ordre social et ne suivaient pas simplement les forts. Beaucoup de nobles n’étaient pas plus forts que les roturiers en termes de combat. Seuls ceux qui détenaient un pouvoir élevé avaient des prérequis de combat stricts, car ils devaient régner sur une ville avec beaucoup de puissants. La plupart des nobles de Whiterun avaient hérité de leur statut des générations précédentes, certains titres étant permanents alors que d’autres ne dureraient que trois générations. Même pour les premiers, si la maison ne parvenait pas à produire quelqu’un qui apporterait de grandes contributions à la ville pendant longtemps, ils seraient lentement déclassés en roturiers également.

 

Les nobles de rang moyen avaient leurs propres villas à l’extérieur de la ville, mais ils gardaient aussi un manoir dans le quartier noble. Afin de se socialiser et de maintenir leurs relations avec les autres nobles, ils passaient la moitié de l’année à vivre dans la ville et l’autre moitié dans leurs villas. Pour cette raison, la plupart des banquets et des événements avaient lieu entre mars et juin. Certains banquets étaient tenus pour que les nobles aient de bonnes relations les uns avec les autres, tandis que d’autres étaient purement pour le plaisir. Pour ces derniers, ils inviteraient les prêtres de la Déesse de la Beauté et de l’Amour ainsi que ceux de la Dame de la Joie. Le mode de vie général était très semblable à celui des nobles britanniques.

 

Soran étudia rapidement son environnement et trouva vite une cible appropriée. C’était une maison de taille moyenne avec un grand jardin, et il n’y avait pas de gardes. Les chambres des domestiques étaient toutes sombres, mais étonnamment, la chambre du propriétaire était toujours éclairée d’une lumière vive. Après avoir calculé mentalement combien de temps il lui restait avant que les gardes ne passent devant ce manoir, il sauta et s’accrocha à la corniche du balcon du deuxième étage, puis monta dans le manoir.

 

La pièce était faiblement éclairée et avait un parfum spécifique. « Brad, c’est toi ? » Une voix douce pouvait être entendue de l’intérieur de la pièce. Une dame, vêtue d’une robe de couchage rouge, maintenue ensemble uniquement par une ficelle de soie, était assise sur le lit et regardait vers le balcon.  » Tais-toi et viens vite. »

 

La noble entendit les petits bruits que faisait Soran, et elle était légèrement nerveuse quand personne ne répondait. En y regardant de plus près, elle portait aussi des bas noirs, ce qui indiquait qu’elle était peut-être plutôt aisée. Évidemment, personne ne portait de bas pour aller dormir ; sa tenue actuelle était évidemment pour une activité nocturne spécifique.

 

Un rendez-vous – la noble attendait clairement son amant. Pour une raison quelconque, un tel acte sournois était en fait très populaire entre les nobles du sud, et presque tout le monde savait ce qui se passait la nuit. Étant donné leur statut, ils n’avaient pas grand-chose à craindre en termes de frais de subsistance, mais cela ne signifiait pas que leurs désirs humains pouvaient être satisfaits. Concrètement, les affaires illicites étaient une activité assez banale. Ces nobles qui ne pouvaient pas se contenter d’un rendez-vous nocturne avec d’autres nobles pourraient même se tourner vers les rituels des dieux maléfiques pour se satisfaire.

Il fut un temps où la déesse de la joie avait tenté le rituel interdit du plaisir. Sans les autres divinités qui l’avaient retenue juste à temps, elle aurait peut-être changé son alignement du Bien au Mal. La déité la plus notable qui avait changé d’alignement à cause d’un tel plaisir était la déesse des chats et de la danse. On disait que la Baronne de la Nuit lui donnait tellement de plaisir qu’elle passa du Bien Chaotique au Neutre Chaotique. Heureusement, elle ne succomba pas complètement à la Baronne de la Nuit.

Des bruits de bruissement pouvaient être entendus non loin de là. Un homme d’apparence saine sauta par-dessus le mur du manoir et dit d’une voix basse : « Camilia, c’est moi chérie. J’arrive tout de suite. »

 

Ce type a une agilité décente.

 

Soran avait une vision nocturne, il pouvait donc clairement voir le beau jeune homme ramper dans le jardin. Il semblait assez musclé et jeune, et il avait probablement une vingtaine d’années. La noble femme, par contre, semblait avoir la trentaine. Elle prenait sûrement soin de son corps, mais cela n’empêchait pas de voir les petites rides et sa poitrine légèrement épaissie.

 

« Vite, mon chéri. » La noble parla d’une voix pressée, et sa respiration devint peu à peu rugueuse.

 

Le jeune homme était apparemment excité par sa voix et il grimpa rapidement sur le balcon et sauta sur la femme qui attendait. Ils s’embrassèrent sauvagement pendant que l’homme frottait ses seins, puis se retirèrent rapidement dans la pièce. Leurs lèvres ne se séparaient jamais une seconde, et ils semblaient extrêmement assoiffés d’amour.

 

Soran ne s’intéressait pas à la prochaine bataille sauvage au lit. Il se faufila tranquillement à côté des deux nobles, puis fit un coup de karaté sur le cou de la femme, la rendant inconsciente. Comme il s’agissait d’une attaque, son Invisibilité se dissipa. Soran serra rapidement le cou de l’homme, puis lui donna un coup de pied dans les couilles. L’homme ne pouvait même pas crier avant que ses yeux deviennent blancs, et il perdit connaissance ; Soran avait peut-être écrasé quelque chose de précieux.

 

Soran posa calmement le couple sur le sol et commença à chercher des objets sur leur corps. Bagues, colliers, boucles d’oreilles, bracelets, il prit tout ce qui semblait précieux. Il eut même le loisir de frotter la poitrine de la femme, mais il fut déçu en murmurant : « C’est un peu trop mou et affaissé. Les drows sont bien mieux, d’accord. »

 

Peut-être parce qu’il avait passé beaucoup de temps dans le royaume des ténèbres, il en connaissait davantage sur les drows femelles que sur les humains.

 

Soran observa l’anneau de l’homme sous la faible lumière, et il ne put s’empêcher de frissonner après avoir réalisé ce que c’était : un anneau d’énergie. Après avoir activé l’anneau, on pouvait tirer un faisceau d’énergie qui pouvait infliger une trentaine de dégâts, ce qui suffisait à tuer des professionnels de rang inférieur en un seul coup. Heureusement, il avait agi rapidement et n’avait pas donné à l’homme le temps de réagir, sinon il aurait été gravement blessé. En plus d’être dangereux, l’anneau coûtait environ deux mille Derahls d’or.

 

Ce type doit provenir d’une maison avec un standing décent, se dit Soran en regardant le sang autour de l’entrejambe de l’homme. L’homme avait aussi une profession de combat, et de tels dommages ne le tueraient sûrement pas. Soran traîna les deux nobles inconscients hors du chemin, puis fouilla la pièce. Il réussit à trouver un coffre-fort caché et s’empressa de l’ouvrir.

 

« Merde ! »

 

Soran maudit après qu’il ait échoué à ouvrir le coffre-fort, même avec crochetage à 45. Il y avait probablement un mécanisme spécial qui le renforçait. Bien qu’il puisse le briser avec force, cela créerait un vacarme bruyant. Par conséquent, il ne pouvait penser qu’à d’autres méthodes. Après avoir grossièrement mesuré les dimensions, il se rendit compte qu’il pourrait l’insérer dans son sac multidimensionnel s’il jetait certains de ses autres articles. C’est ce qu’il fit, jetant quelques objets divers et les remplaçant par le coffre-fort.

 

Avant que Soran ne parte, il regarda les deux inconscients allongés sur le sol. Il prit une couverture et couvrit leur corps comme une mère attentionnée.

 

C’était déjà malheureux d’avoir les couilles écrasées juste avant une grande bataille au lit. Ce serait encore pire si l’homme attrapait un rhume, n’est-ce pas ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « AD Chapitre 89 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.