AD Chapitre 94


Chapitre 94 – Eveil

 

 

À l’intérieur d’une pièce sombre, un jeune homme se réveilla en hurlant soudainement et en transpirant de sueur froide. Les draps de lit étaient déchirés et ses paumes saignaient, le sang coulant vers ses doigts.

 

« Démons ! » L’homme se tenait la tête en proie à la douleur, puis il frappa sur son propre front. « Pourquoi ai-je rêvé de telles choses ? »

 

Les bruits de sifflements d’insectes se faisaient entendre, mais l’homme s’en fichait et quitta sa chambre. Sa maison était un manoir de taille moyenne, et il semblait que sa famille possédait une fortune considérable. Avec juste un petit pyjama, l’homme se tenait sous la lune. La brise qui soufflait était un peu froide, mais il ne semblait pas être affecté du tout. Il prit une grande respiration, se calmant.

 

« Hein ? »

 

L’homme regarda sa paume, réalisant que la blessure avait déjà guéri, ne laissant derrière elle qu’une légère cicatrice. Incapable d’y croire, il leva la paume vers le haut pour mieux regarder. En effet, elle se cicatrisait, et en observant de près, même la cicatrice diminuait progressivement.

 

« Comment est-ce possible ? »

 

L’homme choqué réalisa tout à coup qu’il pouvait voir clairement dans la nuit noire. Même s’il avait une certaine vision nocturne auparavant, sa vision n’était pas aussi claire qu’elle ne l’était maintenant.

 

Incertain de ce qui se passait, il secoua la tête et murmura avec incrédulité : « Que se passe-t-il ? Qu’est-ce qui m’est arrivé… ? »

 

 

Dans un couvent éloigné, les cris refoulés d’une femme pouvaient être entendus. Une nonne d’un âge considérable fit irruption dans la pièce d’où provenaient les cris et commença immédiatement à jeter un sort. Une faible lueur rayonnait du bout de ses doigts, tandis qu’elle regardait avec inquiétude l’adolescente couchée sur le lit. La jeune fille portait des vêtements en lin simples et avait un look délicat et joli. Cependant, elle se tordait de douleur.

 

« Lianna, qu’y a-t-il ? »

 

La vieille nonne étreignit la jeune fille et la secoua, mais cela eut peu d’effet car la jeune fille vivait encore le cauchemar, son visage devenant progressivement plus pâle.

 

-Protection contre le mal !

 

La vieille nonne jeta rapidement un autre sort, et une lumière divine purifiante enveloppa doucement la jeune fille dans ses bras. Elle se calma après le sort et ouvrit lentement les yeux. Peut-être encore effrayée, elle poussa un cri avant de plonger dans la poitrine de la vieille nonne.

 

« Abbesse Isara, J’ai… J’ai… J’ai encore vu des démons ! »

 

La vieille religieuse Isara, les poings serrés, dit :  » Prie la Haute dame de la Lune argentée. Elle protégera ses partisans ! »

 

L’adolescente tremblait en s’agenouillant sur son lit et priait. Tandis qu’elle priait, les grains de la puissance divine pure et sainte du couvent se rassemblaient sur son corps. Son expression craintive disparut lentement.

 

C’était un couvent dédié à la Haute dame de la Lune argentée. Après qu’elle eut pris en partie le rôle de bénir les femmes, beaucoup de couvents qui n’acceptaient que des religieuses commencèrent à l’adorer. Ses églises avaient aussi connu des changements considérables avec l’arrivée d’un plus grand nombre de femmes croyantes. Le nombre de prêtresses grandissait. À un moment donné, le lait maternel était devenu le symbole de la féminité et de la maternité. Elle jouait également un rôle vital dans de nombreux rituels.

 

Ces changements étaient bénéfiques pour la Haute dame de la Lune argentée également car elle pourrait être en mesure de gagner plus de rôles de déité. Si elle combinait de tels rôles, ce serait très probable qu’elle deviendrait une divinité puissante une fois de plus.

 

Les particules brillantes de la lumière divine se dissipèrent, et l’esprit de l’adolescente fut enfin en paix. Elle regarda la vieille nonne et lui demanda : « Finalement, je ne peux toujours pas me débarrasser des démons qui affligent mon cœur. Ils me font peur. Abbesse Isara ! Est-ce parce que ma foi envers la Haute dame de la Lune argentée n’est pas assez résolue ? »

 

La vieille nonne embrassa la jeune fille et lui tapota doucement le dos.

 

« Ma chère Liana, tu es la dame la plus fervente de la Haute dame de la Lune argentée. Crois-moi, la déesse ne laissera pas les démons te faire du mal. Elle veillera toujours sur toi et t’aimera, comme une mère qui s’occupe de sa fille ! »

 

 

Des scènes similaires se produisaient dans des chambres souterraines, des villages isolés, d’anciens châteaux et de nombreux autres endroits. Beaucoup faisait des cauchemars et se réveillait pour découvrir que le monde n’était plus ce qu’il était, du moins pour eux.

 

Dans un canyon effrayant, un homme étrange se tenait sous le clair de lune. Il regarda au loin et sourit.

 

« Oh, mes chers frères et sœurs ! Vous vous êtes enfin réveillés ! J’attends ce moment depuis longtemps. »

 

Il sauta de la falaise qui faisait des dizaines de mètres de haut. Sa silhouette devint floue, il disparut rapidement.

 

 

Il y avait un endroit plus au nord que les régions du Nord où le terrain était composé de glaciers et de montagnes de glace. La mer était visible, mais elle avait gelé à cause du froid. Dans un environnement aussi froid se dressait une tour qui perçait le ciel, dont la hauteur dépassait complètement l’imagination humaine. Si Soran était ici, même lui douterait que son monde d’origine, où la technologie était extrêmement avancée, puisse construire une telle structure. L’étrange tour avait résisté à l’environnement hostile pendant des millénaires, mais il n’y avait même pas le moindre signe d’altération.

 

« Professeur, » dit un adolescent au visage ciselé en montant au sommet de la tour. C’était une ancienne plateforme de divination astrologique. L’adolescent se tenait derrière son professeur et poursuivit : « Le Seigneur redoutable a commencé à répandre le chaos et la peur. Ils ont aussi réveillé les descendants de Dieu plus tôt que prévu. Peut-être devrions-nous faire quelque chose cette fois ? »

 

Un vieil homme, dont les cheveux blancs et la longue barbe atteignaient presque le sol, se retourna. Il portait une robe grise et dit lentement à son apprenti : « Miyatole, tu dois te rappeler que nous ne sommes que des observateurs en tout temps. Notre mission est d’observer les changements du monde, pas d’interférer avec lui. »

 

L’apprenti hésita un instant avant de répondre : « Mais maître, si nous n’intervenons pas, le Seigneur redoutable renaîtra à travers le corps de son descendant, et le monde sera à nouveau enveloppé de peur. C’est un dieu démon puissant, et il n’y a peut-être pas de meilleure chance de le faire tomber si nous ratons cette occasion. »

 

Le vieil homme soupira et dit lentement : « Miyatole, tu dois te rappeler que nous sommes neutres. Nous ne sommes pas du côté de la justice, ni du côté du mal. C’est seulement ainsi que les dieux nous ont permis d’exister. D’ailleurs, ce n’est pas si facile pour un dieu de ressusciter. »

 

L’apprenti semblait refuser la dernière remarque de son professeur.

 

« Si oui, pourquoi le Dieu de la tyrannie a-t-il réussi à ressusciter ? »

 

L’aîné ne voyait pas comment s’en sortir sans tout expliquer à son apprenti.

 

« Pour ressusciter, il y a beaucoup d’exigences qu’un dieu doit satisfaire. Les corps des mortels ne peuvent pas contenir les pouvoirs divins des dieux, même s’ils étaient les enfants des dieux. En tant que tel, un dieu devra distribuer ses pouvoirs divins parmi ses enfants avant de tenter de ressusciter, faisant des enfants des descendants de Dieu. Plus le dieu est puissant, plus les enfants doivent supporter ses pouvoirs divins. Après la mort du dieu, le pouvoir divin laissé derrière lui commencerait à converger, amenant souvent les descendants de Dieu à se battre entre eux dans la poursuite du pouvoir. Au bout du compte, le nombre d’enfants laissés ne sera que de quelques enfants, mais ils seront aussi beaucoup plus puissants qu’ils ne l’ont été auparavant.

 

« Avoir des enfants puissants et une puissance divine convergente n’est qu’une partie du processus de résurrection. Ce qui importait le plus, c’était le pouvoir de la foi. Tous les pouvoirs divins existaient parce qu’il y avait des croyants qui se consacraient à leurs dieux. L’acte d’adorer les dieux donne aux divinités leur pouvoir, et c’est la partie la plus cruciale de la résurrection d’un dieu. Les descendants de Dieu détiennent la puissance divine, mais ils ne sont pas la cible du culte des croyants. Ainsi, leurs pouvoirs ne se développeraient pas puisqu’ils ne sont pas vénérés, tandis que l’âme du dieu serait capable de se déplacer dans un corps qui détiendrait ses pouvoirs divins originaux, en fait un de ses enfants. Le dieu pourrait alors réparer sa propre âme en utilisant la puissance divine apportée par ses croyants, puis usurper les pouvoirs divins de son enfant car l’autorité de son âme sur la puissance divine est supérieure. Ceci complète le processus de résurrection.

 

« La raison pour laquelle le Dieu de l’Abattage a échoué dans sa résurrection était que ses évêques l’avaient trahi. Les croyants ne priaient plus et ne l’adoraient plus. Le Dieu de la tyrannie a réussi à ressusciter parce que ses croyants ont gardé leur foi alors qu’il avait disparu pendant le processus de résurrection. »

 

L’adolescent semblait avoir compris la situation. Il leva la tête et demanda : « Maître, cela veut-il dire qu’il est impossible pour le Seigneur redoutable de ressusciter avec succès cette fois ? »

 

Le vieil homme cogna la tête de son apprenti avec son bâton.

 

 » Rappelle-toi que nous ne sommes que des observateurs neutres. Personne ne peut prédire l’avenir, mais les dieux ne permettront pas aux disciples du Seigneur redoutable de semer le chaos et la peur. Les croyants du Seigneur redoutable ne devraient pas tarder à subir de grands coups. Si le nombre de croyants diminue, les chances de la résurrection du Seigneur redoutable diminueront également proportionnellement. S’il n’y a pas assez de croyants qui l’adorent, même si l’un de ses enfants répond aux exigences de la résurrection, il lui est toujours impossible de ressusciter. »

 

L’apprenti ne comprenait pas tout à fait ce que son maître avait dit, mais il pouvait dire qu’il était peu probable que le Seigneur redoutable ressuscite. Avec un sourire, il dit joyeusement à son maître : « Maître, je vais aller vous faire du thé. Je vais utiliser vos feuilles de thé préférées du sud. »

 

Le vieil homme soupira de nouveau. Il regardait au loin, comme si sa vision pouvait transpercer l’espace lui-même. Il vit un écran éblouissant de lumière s’abaissant du ciel, et c’était en effet une vue spectaculaire et splendide.

Publicités

2 réflexions au sujet de « AD Chapitre 94 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.