AD Chapitre 96


Chapitre 96 – Les demi-hommes

 

 

« C’est vrai ! » Aladin prit une autre grande bouffée d’air de sa pipe fumante. Après avoir soufflé un anneau de fumée, le demi-homme continua avec des expressions exagérées : « Il y avait vingt ogres effrayants autour de moi à cette époque. Leurs bras étaient aussi épais que ma taille, et ils tenaient de grosses masses pointues. Un vent soufflait à chaque fois qu’ils balançaient leurs masses, et un coup pouvait instantanément me briser la tête ! »

 

Aladin balança sa pipe fumante comme pour montrer comment les ogres avaient balancé leurs masses. En effet, c’était un jeu d’acteur splendide ; il avait réussi à avoir des perles de sueur froide sur son front en racontant la situation :  » C’était extrêmement dangereux. J’ai esquivé et esquivé, quelques attaques frôlant à peine mes vêtements. Grâce à Dame Chance, aucun de ces gros et lents gars n’a réussi à me frapper. Au lieu de cela, je leur ai coupé les cuisses avec mon sabre court… Puis j’ai vu un gros tonneau en bois devant, alors j’ai couru et couru… »

 

« Ce fut une longue et dure bataille… ! Finalement, ces monstres maladroits ont épuisé toute leur endurance et je les ai vaincus l’un après l’autre. Puis j’ai quitté le repaire des ogres. »

 

Soran dut admettre que les techniques de narration utilisées par Aladdin étaient plutôt bonnes. Même s’il était sûr que la moitié de l’histoire était du bluff depuis le début, Gloria et lui se sentaient tous les deux intéressés par l’histoire.

 

Avec ces deux sabres courts accrochés à sa taille, il faudrait beaucoup de force et d’habileté pour même couper la couche de graisse des ogres et encore moins leur faire mal. Vu la façon dont Aladin avait bluffé pendant tout ce temps, le nombre d’ogres auxquels il avait dû faire face n’était en fait que de quatre ou cinq. Les demi-hommes aiment souvent exagérer les choses après tout. Vivian écoutait attentivement ; elle avait toujours aimé écouter des histoires, et le fait qu’elle et Aladin avaient la même taille lui facilitait la tâche de se mettre à sa place. Les histoires des demi-hommes étaient populaires parmi les enfants humains parce qu’elles leur permettaient de fantasmer en tant que protagonistes.

 

Le temps passait. Peut-être à cause du joyeux demi-homme, le voyage était beaucoup plus jovial qu’avant. Il racontait à Vivian des histoires de ses aventures de temps en temps. Bien qu’il était évident qu’il avait exagéré les choses, Soran pouvait encore dire que Aladin avait déjà voyagé dans de nombreux endroits et avait rencontré de nombreux ennemis gênants. Il ne pouvait pas déterminer la véritable force du demi-homme, mais il pensait que Aladin était au moins un voleur de grade 3. Il semblait également compétent en alchimie et en machinerie de manutention. C’était parce qu’il avait donné à Vivian quelques bibelots délicats qui étaient des objets mécaniques faits d’alchimie.

 

Vivian avait reçu une poignée de cadeaux tout au long de leur voyage. Les gardes des marchands lui en avaient donné, et Gloria lui avait aussi acheté des jouets. Même la femme ensorcelante contre laquelle Soran était totalement impuissant quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois, la mère de Gloria, avait fait un cadeau à Vivian. La petite fille avait maintenant une poche multidimensionnelle remplie de cadeaux qu’elle avait reçus des autres.

 

Au crépuscule, Soran détacha les chevaux et les laissa manger de l’herbe à proximité, puis partit préparer le dîner. Aladin se proposa de se charger de la tâche afin de leur montrer les talents culinaires d’un gourmet qui avait fait le tour du monde. Soran regrettant également la cuisine savoureuse des demi-hommes, il accepta aussitôt après avoir remarqué les yeux pétillants de Vivian.

 

Le groupe s’était arrêté près d’une rivière, alors Aladin décida de préparer le repas avec du poisson. Il sortit quelques bâtons de son sac à dos et en fit rapidement une canne à pêche. Ensuite, il alluma un feu de camp puis plaça un pot rempli d’eau, de champignons et d’épices sur le feu.

 

« J’ai ramassé ça dans la forêt aujourd’hui. Ils sont assez frais. »

 

Aladin sortit alors un petit paquet de sel comestible et versa les granules blancs dans le pot. Ensuite, il dit en marchant vers le bord de la rivière :  » Donnez-moi un moment. Je reviendrai avec un poisson quand l’eau bouillera. Je suis un maître pêcheur dans ma ville natale, vous savez ! »

 

La curieuse Vivian le suivit, et Gloria, qui semblait toujours désintéressée par les choses insignifiantes, suivit aussi.

 

Aladin rit en voyant la petite fille à côté de lui et dit : « Veux-tu essayer ? J’ai une autre canne à pêche ! »

 

« Mhm, » Vivian hocha la tête en réponse.

 

Aladin sortit un autre jeu de bâtons et monta une nouvelle canne à pêche pour Vivian. La petite fille apprit comment accrocher l’appât et jeta la ligne dans la rivière. Le demi-homme jeta un coup d’œil en arrière sur le feu, puis commença à bluffer dès qu’il s’assit.

 

 » Dans ma ville natale, Hael, il y a un concours de pêche chaque automne. Le champion reçoit des prix assez décents, et tant que je suis à la maison, la première place m’appartient définitivement. C’est pour ça que les gars se sont disputés après avoir su que je partais faire le tour du monde. »

 

Soran avait déjà entendu dire par de nombreux demi-hommes qu’ils étaient toujours les champions du concours de pêche. Il devinait que Aladin avait vraiment gagné au moins une ou deux fois, mais il doutait de sa victoire à chaque année. De plus, le concours de pêche n’était qu’un des nombreux événements organisés pendant le festival d’automne, et presque tous les villages organisaient de tels concours, il y avait donc forcément de nombreux champions.

 

Alors que Aladin parlait encore fièrement à Vivian de son magnifique passé, la canne à pêche de Vivian commença à trembler. Vivian se crispa immédiatement et cria : « Grande sœur Gloria ! Viens ! J’ai un poisson ! »

 

« Ne te hâte pas, » Gloria, qui avait probablement peu d’expérience dans la pêche, approcha avec un regard confus et dit : « Ne sois pas pressée et attends un peu plus longtemps. Il n’est pas encore accroché. »

 

Aladin se retourna et fut choqué.

 

« Oh petite fille chanceuse, on dirait que c’est une grosse. Laisse-lui un peu de temps. »

 

Soran se préparait à faire griller des poissons quand il entendit des cris sur le bord de la rivière. C’était Vivian, qui était presque entraînée dans la rivière par un poisson. Heureusement, Gloria attrapa Vivian à temps, mais les deux se mirent à crier quelque chose que Soran ne pouvait entendre. Aladdin ne tarda pas à se joindre à l’agitation, criant quelque chose à propos de réduire un peu la ligne puis de la tirer en arrière. Soran termina d’allumer le feu et marchait lentement. Vivian tenait déjà un poisson de trente centimètres de long dans ses mains et ses joues étaient un peu rouges et son haleine un peu rude.

 

« Grand frère, regarde ! Vivian a attrapé un gros poisson ! »

 

Le poisson pesait environ douze livres. Un si gros poisson avait une force considérable lorsqu’il était dans l’eau, et ce n’était pas du tout facile de l’attraper. La ligne pourrait même se rompre étant donné sa force. Soran regarda Gloria qui souriait et réalisa qu’elle avait littéralement donné un coup de main à Vivian ; elle avait utilisé la main de Mage pour aider Vivian à ramener le poisson.

 

Soran tapota la tête de Vivian et reçut le poisson.

 

« Vivian est plutôt bonne ! Je compterai sur toi alors ! »

 

Soran sortit sa dague et commença à disséquer le poisson pour la cuisine. Vivian pêchait encore avec une expression sérieuse tout en murmurant quelque chose à propos de l’espoir que d’autres poissons viendraient. On ne savait pas si c’était la chance ou une autre raison, mais un autre poisson mordit rapidement à l’hameçon. Au contraire, Aladin, qui avait bluffé sur le fait qu’il était bon à la pêche tout le temps, ne reçut même pas un seul petit bout de poisson. Au moment où Vivian attrapa son troisième poisson, Aladdin ne put attendre plus longtemps et plongea directement dans la rivière. L’eau barbota pendant un certain temps avant que le demi-homme ne sortit avec un poisson à la main.

 

« Compris ! J’en ai attrapé un ! »

 

Tout le monde était sans voix. Les quatre ne pouvaient pas manger beaucoup de poisson de toute façon, alors ils prirent leurs affaires et retournèrent à leur campement. Vivian semblait s’amuser beaucoup et ne voulait pas y aller, alors Aladdin lui offrit la canne à pêche comme un cadeau.

 

Aladin sortit paquet après paquet d’épices, certains pour le ragoût et d’autres pour le poisson rôti. Soran pouvait même sentir le cumin, une sorte d’épice rare. Les demi-hommes étaient une espèce douée pour la cuisine, et ils apportaient souvent des ingrédients peu communs.

 

Soran dut admettre que c’était le meilleur repas qu’il ait jamais eu au monde. Vivian avait l’estomac presque gonflé, et Gloria avait aussi mangé une bonne quantité. Au moins, Aladin n’avait pas bluffé sur ses talents culinaires qui étaient au niveau d’un grand chef.

 

C’était le troisième jour du voyage vers Autumnfall. Le trio avait rencontré un demi-homme dont la destination était le port alpin où résidaient les nains du Fer. Ils se rendaient ensemble à Autumnfall avant de se séparer.

Publicités

2 réflexions au sujet de « AD Chapitre 96 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.