TWO Chapitre 104 – Camp de défense de la ville


Chapitre 104 – Camp de défense de la ville

 

 

Le 2 avril.

La ville de l’Amitié, sous l’aide du camp principal, avait finalement terminé la construction des murs de la ville. Du début à la fin, les tribus nomades ne remarquèrent pas qu’une forteresse militaire était secrètement construite au nord.

Pour renforcer la force défensive de la ville de l’Amitié, Ouyang Shuo envoya une lettre à Zhou Haichen pour lui ordonner de commencer à travailler sur la rivière protégeant la ville. La rivière protégeant la ville suivrait celle du camp principal. À l’ouest, il y aurait la rivière de l’Amitié et à l’est, la rivière Qiushui, formant un énorme sac et abritant la vile de l’Amitié.

De cette façon, la ville de l’Amitié serait entourée d’eau, et en utilisant le camp aquatique, ils pourraient attaquer et se défendre, se mettant dans une position inattaquable. Avant de faire de la ville de l’Amitié une forteresse impénétrable, Ouyang Shuo n’était pas prêt à contacter les tribus nomades.

Après avoir géré le projet de la ville de l’Amitié, en compagnie de Ge Hongliang et Tian Wenjing, ils se rendirent chez la tribu Xuanniao. Li Mingliang mena le premier escadron de cavalerie pour assurer leur sécurité sur le chemin.

Quand ils passèrent la ville de Qiushui, Ouyang Shuo y fit une pause d’une heure pour écouter le rapport de Zhao Dexian sur les récents projets et situations dans cette ville. De plus, il prit le temps de tester et d’inspecter le nouvel escadron de cavalerie de protection de la ville de Qiushui, nouvellement construit.

Le festival de Qingming approchait à grands pas et, en tant que base de production alimentaire du territoire, Zhao Dexian avait déjà commencé à se préparer pour le festival. Les 20 000 mus de terres agricoles prévues avaient été remises en état et, sous l’effet du jeton de changement de température, devinrent des terres agricoles fertiles. Les 20 000 mus furent utilisés pour planter du riz.

Outre la revalorisation des terres agricoles, la ville de Qiushui avait également construit un grand campement forestier dans les bois du sud. L’approvisionnement en bois était de meilleure qualité que celui du camp principal, plus robuste et plus facile à stocker. Toutes les ressources nécessaires au chantier naval provenaient uniquement du camp de bûcherons.

Parce qu’ils s’approchaient de la période où les fermiers étaient très occupés, le projet de mur de la ville de Qiushui n’avait d’autre choix que d’être reporté. Ce ne sera qu’après l’ensemencement du printemps que la construction se poursuivra. Heureusement, cette région était calme, et la construction des remparts tôt ou tard ne ferait pas une grande différence.

Entre 11 heures et midi, après 2 heures de marche, Ouyang Shuo et ses hommes arrivèrent dans la tribu Xuanniao. Cette fois, leur traitement était totalement différent de celui qu’ils avaient reçu la dernière fois. Le chef de tribu, Shi Xiong, les reçut personnellement à l’extérieur de la forteresse.

« Seigneur, bienvenue dans la tribu Xuanniao ! » dit chaleureusement Shi Xiong.

C’était la magie de la nourriture et des céréales. Depuis que la tribu Xuanniao avait commencé à travailler avec la ville de Shanhai, ils étaient bien nourris et ne souffraient jamais de la faim. Naturellement, l’attitude de Shi Xiong changerait et il n’oserait pas être arrogant envers Ouyang Shuo.

Cependant, si Shi Xiong savait que ce qu’ils obtenaient n’était même pas le tiers de ce que le champ minier de Langshan produisait, quelle serait sa réaction ?

Ouyang Shuo sourit et dit : « Bonjour chef, le chaman va bien ? »

 » Très bien ! Veuillez entrer ! » Shi Xiong marchait devant pour montrer la voie tandis que Ouyang Shuo marchait côte à côte avec lui.

Après que les deux parties se soient réunies et se soient assises dans la salle de réunion, Ouyang Shuo quitta Tian Wenjing pour discuter avec Shi Xiong de la coopération future, et se leva pour se rendre au temple de la forteresse pour y voir le chaman.

Le temple était construit au point le plus élevé de la forteresse de montagne, avec plus de 200 marches. En montant tout en haut, le chaman se tenait à l’entrée du temple et accueillait Ouyang Shuo. C’était une aînée très âgée. Ses yeux avaient l’air trouble et elle avait l’air sur le point de mourir. Cette aînée était le chef spirituel et la fierté de la tribu Xuanniao.

« Invité de loin, je vous souhaite la bienvenue ! » dit le chaman d’une voix rauque.

Ouyang Shuo n’osa pas faire preuve de négligence et dit sincèrement : « Salutations, chaman. Le cadeau que vous nous avez fait la dernière fois a été d’une grande aide pour notre ville. Pour vous remercier, j’ai préparé mon propre cadeau. » Ouyang Shuo sortit une perle de nuit de son sac de rangement et la passa à la jeune chaman qui se tenait près d’elle.

La perle de nuit avait été obtenue après la destruction d’un grand camp de pillards. Comme la jeune chaman n’avait jamais vu un tel trésor, elle était si choquée qu’elle ne le prit pas.

« Le Seigneur est trop courtois, un cadeau si cher. C’est dur à accepter. » Le chaman fit signe à la jeune chamane de l’accepter en marchant vers Ouyang Shuo et dit : « Seigneur, s’il vous plait, suivez-moi ».

Le temple de la tribu Xuanniao était entièrement en pierre et sa structure était relativement intacte.

Ouyang Shuo était un étranger, il ne pouvait donc pas entrer dans la grande salle ancestrale du temple. Ils allaient dans la salle des invités à côté.

« Shaman, la ville de Shanhai est prête à travailler avec les différentes tribus de la montagne. On ne sait pas si vous pouvez nous aider ? » Ouyang Shuo plongea directement dans le vif du sujet.

Le chaman ouvrit les yeux embués et dit : « Notre tribu Xuanniao reste en contact avec les 4 tribus voisines. Puisque Sire a une telle intention, je vais les inviter ici. »

« Si c’est le cas, merci beaucoup au chaman ! » Ouyang Shuo était ravi.

Quand il quitta la tribu, il laissa Tian Wenjing derrière lui et le chargea de négocier avec les autres tribus. Le contenu détaillé de la coopération pourrait être similaire à celui de la coopération avec la tribu Xuanniao.

En même temps, pour remercier Ouyang Shuo pour la perle de la nuit, le chaman donna à Ouyang Shuo une paire d’oiseaux Feng de la tribu Xuanniao. Ces oiseaux étaient très intelligents et pouvaient parcourir de longues distances pour passer des nouvelles.

……

3 avril, récolte des pommes de terre de la ville de Shanhai

Comme le sol était stérile, il n’y avait qu’un millier d’hectares de pommes de terre, sur lesquels 2,1 millions d’unités de pommes de terre avaient été produites. Le territoire suivit la taxe agricole et reçut 70 000 unités de pommes de terre, que Ouyang Shuo passa à la Division de la logistique de combat pour servir de rations militaires.

Avec ce lot de pommes de terre, et avec un peu de céréales et de viande, la crise alimentaire de la ville de Shanhai était terminée et il n’était plus nécessaire d’acheter des céréales à grande échelle sur le marché. Après avoir récolté les pommes de terre, Ouyang Shuo ne demanda pas aux agriculteurs de planter du riz, mais du coton à la place.

Comme on dit, les vêtements et la nourriture vont de pair, et on ne peut manquer ni de l’un ni de l’autre. Dans l’actuelle ville de Shanhai, les matériaux en tissu dépendaient encore fortement du marché. Il n’avait pas sa propre capacité. Quant à la soie colorée des vers à soie, la chaîne industrielle n’avait pas été mise en place, et elle était considérée comme un bien coûteux et de grande qualité, non adapté à une utilisation à grande échelle.

Le coton était différent. Avec lui, le territoire pouvait sauter le lin et passer directement à l’utilisation du coton. Heureusement, les 2 000 mus n’étaient pas considérés comme fertiles, donc on ne pouvait pas tirer grand-chose de la culture du riz, et la plantation du coton était donc une meilleure décision.

……

4 avril

Après que le chaman de la tribu Xuanniao ait aidé à la coordonner, 3 autres tribus barbares de montagne acceptèrent de travailler avec la ville Shanhai. Les 3 tribus étaient d’une plus petite échelle que la tribu Xuanniao, avec 2000 personnes chacune. Une autre tribu refusa l’invitation du chaman. La tribu s’appelait tribu Jifeng, et elle était beaucoup plus grande que la tribu Xuanniao, ayant 5000 personnes. Lorsqu’ils apprirent que la tribu Xuanniao comptait sur la ville de Shanhai et qu’elle agissait même comme porte-parole, ils furent furieux et refusèrent donc de coopérer.

Les 3 tribus qui joignirent l’alliance firent augmenter le nombre de mineurs dans le champ minier de Langshan à 5000 personnes. En gros, avec la taille de la mine, c’était le maximum, et un peu plus aurait été inutile.

Parce que la tribu Jifeng refusa de coopérer, Ouyang Shuo n’eut d’autre choix que d’augmenter la défense de la mine. Il rassembla 300 hommes des différentes tribus et y ajouta les 2 escadrons qu’il y avait envoyés, construisant ainsi un camp de défense pour Langshan. Shilang était le directeur du camp. L’autre capitaine, Shibao, avait été renvoyé à la ville de Shanhai.

En plus de se joindre à l’opération dans les mines, les 3 tribus envoyèrent 500 de leurs meilleurs soldats rejoindre l’armée principale de la ville de Shanhai. Ouyang Shuo choisit donc 200 hommes supplémentaires de la ville de Shanhai et les joignit aux 3 escadrons d’infanterie pour former 2 camps d’infanterie.

Dans la salle de réunion de la caserne de la ville de Shanhai, Ouyang Shuo commença à réorganiser le personnel.

« Zhao Sihu ! »

« Présent ! »

« Je vous ordonne d’utiliser le 1er escadron originel du camp d’infanterie comme noyau, ajoutant 200 soldats de la ville de Shanhai et 200 barbares des montagnes pour construire le camp de la ville de Shanhai. » dit Ouyang Shuo.

« Camp de défense de la ville ? » Sihu était perplexe.

« C’est exact. Le devoir du camp est de protéger le territoire principal. La caserne sera dans la ville. Pour s’adapter aux exigences de la protection de la ville, le camp comptera deux escadrons d’archers, deux escadrons d’arbalétriers et un escadron de bouclier-épée. Le premier escadron d’infanterie originel deviendra l’escadron du bouclier-épée, les 200 seront entraînés comme arbalétriers, et les barbares des montagnes seront les escadrons d’archers. » expliqua Ouyang Shuo.

« Je comprends sire, ne vous inquiétez pas. Je finirai la tâche ! » dit Zhao Sihu à haute voix.

Ouyang Shuo se tourna vers le général Shi et dit : « Général Shi ! »

« Le général est là ! Prêt pour vos ordres ! »

« Je vous ordonne d’utiliser les 2e et 3e escadrons du camp d’infanterie comme noyau, et d’ajouter 300 élites des différentes tribus pour former un camp d’infanterie lourde blindée purement barbare. »

« Infanterie blindée lourde ? Mais nous n’avons pas d’armure lourde ! » Le général Shi était confus aussi.

Ouyang Shuo secoua la tête et dit : « Qui dit que non ? La Division de l’armurerie se lance dans la production d’armures d’infanterie, la Division de l’armurerie forge des épées Tang, et ces deux éléments seront l’équipement du camp de l’infanterie blindée lourde.

Tous les autres généraux regardèrent le général Shi jalousement. L’armure pesait 29 kg, donc seuls les barbares des montagnes pouvaient la porter. L’épée Tang était une arme forgée, donc tous les types de soldats pouvaient l’utiliser. Personne ne s’attendait à ce que l’infanterie blindée lourde soit la première à la recevoir.

Le général Shi rit vivement : « Merci sire, pour votre soutien. »

« Le camp d’infanterie blindée lourde sera construit à l’extérieur de la ville et le général doit intensifier son entraînement, en particulier son entraînement aux poids. Je ne souhaite pas qu’une fois l’armure fabriquée, vos soldats ne puissent pas s’en servir. Ce serait une blague. » poursuivit Ouyang Shuo.

« Sire, ne vous inquiétez pas, je les entraînerai bien. »

Ouyang Shuo hocha la tête et dit : « Alors j’attendrai et je verrai. Une fois que vous serez formés et que vous serez devenus un vrai camp, je donnerai personnellement son nom au camp d’infanterie blindée. »

Ce fut un grand honneur. A ce jour, aucun camp de la ville de Shanhai n’avait sa propre désignation personnelle, d’où l’importance que Ouyang Shuo y accordait.

Le sang du général Shi bouillait et il hurla : « Je ne décevrai pas Sire ! »

Publicités

2 réflexions au sujet de « TWO Chapitre 104 – Camp de défense de la ville »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.