I Alone Level-up : Chapitre 98


I Alone Level-up : Chapitre 98

 

« Whoa ! Oppa, les journalistes sont toujours là. »

Jinah regarda par la fenêtre et parla. Il se faisait tard, mais les journalistes étaient encore rassemblés comme un nuage près de leur appartement.

« Là-bas ! »

Pensant qu’ils voyaient une personne, les journalistes cliquaient sur leurs appareils photo à plusieurs reprises.

click click click click click !

Surprise par les éclairs soudains, Jinah ferma rapidement le rideau. En se retournant, la petite sœur de Jinwoo soupira.

« Soupir… »

Après son retour de la vente aux enchères des Chasseurs, Jinwoo avait prévu de se reposer pour la première fois depuis un moment à la maison. Le visage du rang S était un peu sombre :

« Dois-je descendre et dire quelque chose ? »

C’était bien s’ils dérangeaient juste son repos. Mais s’ils osaient ennuyer les études de sa petite sœur…

Jinah était en terminale au lycée et préparait ses examens d’entrée à l’université. Ce serait un moment incroyablement tendu dans la vie d’un étudiant, assez pour que le moindre bruit le dérange.

‘Non pas que Jinah soit comme ça…’

Pourtant, il craignait qu’elle ne puisse pas se concentrer avec tout ce bruit à l’extérieur. Le Chasseur se leva :

« Non, c’est bon, c’est bon. »

Jinah lui fit signe de descendre.

« Oppa est déjà en train de se faire démolir sur Internet, je ne veux pas imaginer ce qui t’arriverait si tu chassais ces journalistes. »

« Démolir ? »

Quand avait-t-il fait quelque chose digne d’insultes ? Lorsque Jinwoo inclina la tête en signe de confusion, Jinah sortit un article sur son téléphone et le tendit à Jinwoo. Le frère aîné prit le téléphone de sa petite sœur.

‘…’

Sur l’écran, il y avait une photo de lui prenant un appel devant tous les journalistes devant le siège de l’Association. Comme on pouvait s’y attendre d’une photo prise par un professionnel, Jinwoo pensait qu’il était plutôt bien à l’écran. Mais quand il lut les commentaires…

[Son attitude est de la merde.]
[Il ignore déjà les journalistes.]
[Il est tellement froid]

Le commentaire le plus déchirant était [Maman, je suis un rang S !]. Le commentaire correspondait si bien à l’image que Jinwoo riait malgré lui. Jinah le regarda d’un air étonné :

« Oppa, tu peux rire de ça

-C’est drôle. »

“…”

Quand Jinwoo lui montra le commentaire le plus haut, Jinah aussi rit puis s’arrêta rapidement.

« Non, ce n’est pas ce qui est important ! »

Avec une expression vexée, Jinah éleva la voix :

« Pourquoi as-tu décroché le téléphone là-bas ? Devant tous ces journalistes ? A cause de ça, même mon nom est partout. »

Jinwoo répondit comme si c’était évident :

« Dois-je faire attention aux journalistes chaque fois que je reçois un appel de ma petite sœur ?

-Hmph ! »

Jinah était à court de mots. Son frère aîné avait raison et elle ne pouvait pas discuter.

‘Je ne peux pas le battre dans une dispute.’

Jinwoo lui rendit le téléphone.

« Tiens. »

Jinah reprit le téléphone avec un visage légèrement énervé :

« De toute façon, je vais bien, alors ne t’embête pas avec les journalistes.

-D’accord. »

Jinwoo hocha la tête. Même si c’était comme ça maintenant, dans un jour ou deux, les journalistes recevront l’ordre de l’Association de rester loin. Jinwoo l’avait appris de l’Association.

‘Je peux attendre jusque-là.’

On aurait dit que Jinah ne voulait pas non plus que les choses dégénèrent.

« Mais qu’est-ce qui se passe ? »

Jinah fixa Jinwoo d’un regard amusé :

« Oppa est un Chasseur de rang S, et les journalistes envahissent notre maison… »

L’existence qu’il était si difficile à imaginer, un rang S. Une telle existence était juste devant elle en ce moment : son frère aîné. Comme n’importe qui dans cette situation, Jinah était incrédule. Mais Jinwoo était sûre qu’elle s’y habituerait bientôt,

‘Comme je l’ai fait.’

Il souriait largement. Afin de l’aider à se calmer, il pinça légèrement les joues de Jinah. Jinah réagit comme d’habitude et donna un coup de pied à son frère.

« Ow ! »

Malheureusement, elle sautait dans la pièce en tenant son pied.

« Hiiing. »

Jinah regarda Jinwoo en soufrant de douleur. Jinwoo haussa les épaules. Il semblait qu’il lui faudrait un certain temps pour s’adapter au fait que son frère aîné était un Etre Eveillé de rang S.

 » Bref, on dirait que Oppa sera occupé à partir de maintenant. »

Demanda soigneusement Jinah.

« Mm. »

Jinwoo hocha la tête. Il y avait beaucoup de choses qu’il voulait faire et beaucoup de choses qu’il devait faire. Mais par-dessus tout, sa priorité était de retourner au Château du Démon. Il avait réussi à obtenir des artefacts de résistance aux flammes pour les étages supérieurs. Ses fonds réels faisaient cruellement défaut, mais heureusement, il avait pu fournir quelques équipements de rang A de la boutique du système comme garantie et emprunter à la vente aux enchères des Chasseurs.

‘Quand je pense que la première chose que j’ai faite après être devenu un Chasseur de rang S a été de m’endetter…’

C’était plutôt risible. Heureusement, on lui avait dit qu’une fois que les articles du système seraient vendus à un bon prix, sa dette serait réglée en un instant.

« Alors je suppose que ce sera plus dur pour moi de voir Oppa à partir de maintenant. »

Entendant qu’il allait être plus occupé, Jinah avait l’air un peu triste. Elle se sentirait seule à la maison. Jinwoo alla mettre la main sur la tête de sa sœur.

Juste quelques jours de plus.

Une fois qu’il aura nettoyé le Château du Démon, sa sœur n’aura plus à rester seule à la maison.

‘Je m’en assurerai.’

Soudainement.

Les yeux de Jinwoo rétrécirent. Son regard se dirigea vers la porte.

‘Quelqu’un arrive.’

Jinah réalisa le changement soudain en lui. Elle demanda avec inquiétude :

« Oppa ?

-Va dans ta chambre.

-Qu’est-ce que c’est ? »

Une présence était descendue de l’ascenseur et se dirigeait vers eux.

‘Un chasseur… ?’

La présence inconnue dégageait une petite quantité de pouvoir magique. Ses sens lui disaient que ce n’était pas un ennemi, mais en même temps, ce n’était pas un invité. Y avait-il une guilde qui envoyait quelqu’un ? Ou un journaliste effronté qui se trouvait être un Etre Eveillé ? Qui que ce soit, Jinwoo ne pouvait pas recevoir avec joie quelqu’un qui pénétrait dans la maison d’une autre personne si tard dans la nuit.

Jinwoo se tenait devant la porte.

‘Si ce n’est que ça…’

Il n’avait pas besoin d’arme. Jinwoo étira légèrement son corps. En se déplaçant de gauche à droite, il craquait ses articulations.

Bientôt, comme prévu,

toc toc

Quelqu’un frappa deux fois, et Jinah gémit et courut dans sa chambre. Jinwoo ouvra lentement la porte un peu. À travers la fissure, il vit le visage d’un jeune homme familier de l’autre côté. L’homme parla :

« Hyungniiiim… »

Le jeune homme reniflait. Le nez rouge, Yoo Jinho pleurait légèrement devant la maison de Jinwoo.

“…”

« Hyungnim, je me suis fait virer. Mon père m’a viré de la maison. »

“…”

En y regardant de plus près, Yoo Jinho portait un énorme sac à dos. Ses deux mains contenaient aussi de gros bagages.

« …ne vivais-tu pas loin de tes parents ?

-C’est… »

renifle

« La villa où j’habitais était au nom de mon père. Il a même gelé tous mes comptes. »

Un père qui gèle tous les comptes de son fils. C’était tout droit sorti d’un film ou d’une émission de télévision, mais si c’était l’homme d’affaires numéro un de la Corée du Sud, Yoo Myunghan, ce ne serait pas irréalisable. Mais qu’est-ce qu’il avait fait pour mériter la colère de son père ? Lorsque Jinwoo le regardait avec confusion, Yoo Jinho parla d’une voix tremblante :

« Alors je me demandais, hyungnim. Je peux rester avec toi un moment ? »

creeeeeak-

ferme.

Jinwoo ferma lentement la porte et la verrouilla.

clic.

Quand il se retourna, Jinah, qui regardait avec inquiétude, courut vers lui.

« Oppa, qui était-ce ? Quelqu’un que tu connais ? »

Jinwoo secoua la tête :

-Nan. C’est la première fois que je le vois.

-Tu ne le connais pas ? Alors pourquoi est-il venu chez nous ?

-Ne t’inquiète pas pour ça. Il devait être perdu.

-…Vraiment ? »

Ça n’avait pas l’air d’être ça.

Tandis que Jinwoo repoussait sa sœur dans sa chambre, une voix pathétique retentit derrière lui à travers la porte.

Toc toc !

« Hyungniiiiim ! Hyungniiiim ! »


« Chéri, ne penses-tu pas que tu as été trop dure avec Jinho aujourd’hui ?

-Hmph. »

Yoo Myunghan essayait d’enlever sa cravate.

Ce petit morveux.

Dire que c’était sa réponse après qu’on lui ait offert la Guilde Yoojin, la guilde qui allait devenir la pierre angulaire de Youjin Construction.

« Je vais rejoindre la guilde de Hyungnim. »

Qu’est-ce que c’était ? Rejoindre hyungnim ?

« Il mérite tout ce qu’il mérite. »

Yoo Myunghan renifla. Si le garçon veut rester seul, il le fera avec sa propre force. Il avait l’intention d’enseigner à son fils que chaque choix avait ses conséquences.

Était-ce parce qu’il était trop émotif ? Sa cravate ne se détachait pas facilement aujourd’hui. Quand ses mains rugueuses commencèrent à tirer sur la cravate, sa femme s’approcha et lui tendit la main.

« Laisse-moi faire. »

De ses douces mains, la cravate se dénoua en douceur. Yoo Myunghan se tut et laissa sa femme agir. Soudain, la cravate à la main, sa femme rit :

« Qu’y a-t-il, femme ? »

Yoo Myunghan était confus. Elle l’avait aidé à enlever sa cravate toute sa vie. Quelque chose comme une cravate nouée n’aurait pas dû être drôle.

« Chéri, es-tu vraiment en colère ?

-Hmm… ? »

Elle se sentait bien ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Yoo Myunghan inclina la tête et regarda son visage dans le miroir.

‘Quoi… ?’

Il était choqué. Ses seuls mots étaient en colère, alors pourquoi s’est-il regardé si heureux dans le miroir ? Embarrassé, Yoo Myunghan se frotta le menton et les joues.

« C’était la première fois aujourd’hui, n’est-ce pas ?

-Qu’est-ce que tu veux dire ?

-Jinho t’a tenu tête. »

“…”

C’est d’ailleurs pour cela qu’il était en colère. Une entreprise ne pourrait pas fonctionner si les ordres du sommet ne coulaient pas comme une rivière vers le bas. L’homme avait le même credo dans sa maison. Parce qu’il dirigeait sa maison avec la même attitude que son entreprise, il n’avait jamais permis qu’on désobéisse à ses ordres à la maison. Mais qu’est-ce que c’était ? Son ordre avait été refusé aujourd’hui. Et bien qu’il était certainement en colère, pourquoi ne se sentait-il pas mal à ce sujet ?

‘Je suis en colère, mais je ne me sens pas mal à propos de ça ?’

Il n’arrivait pas à comprendre ce sentiment. Comme si elle lisait dans l’esprit de son mari, sa femme parla comme si elle réconfortait un enfant :

« Pour la première fois, Jinho fait et suit son propre chemin. Pourquoi tu ne l’encourages pas au lieu d’être en colère ? »

“…”

Yoo Myunghan ferma fermement la bouche. Il avait du mal à composer ses pensées.

« Pour l’instant… Je vais le surveiller.

-Oui, fais ça. »

Avec un sourire doux, sa femme l’aida à enlever sa veste.

Mais soudain, Yoo Myunghan fixa le visage de sa femme.

« Comme c’est étrange.

-Quoi donc ?

-Chérie, je te vois deux fois en ce moment.

-Quoi ? »

Sa femme écarquilla les yeux. Yoo Myunghan perdit soudainement son équilibre et tomba.

« Chéri ?! »

Surprise, la femme du président se précipita à ses côtés. Secouant la tête, Yoo Myunghan respirait fort.

 » halète, halète »

Les yeux de sa femme devinrent plus larges,

‘Il transpire tellement !’

Yoo Myunghan combattait la vague soudaine de somnolence qui le submergeait. Le président perdit le combat et perdit connaissance.


Dans la salle VIP du meilleur hôpital du pays, Yoo Myunghan rouvrit les yeux. L’hôpital surveillait le président 24 heures sur 24, faisant tourner les médecins toutes les deux ou trois heures. Le médecin de garde vint voir l’état de Yoo Myunghan :

« Vous êtes réveillé, président ? »

“…”

En regardant autour de lui, Yoo Myunghan comprit immédiatement la situation.

« Depuis combien de temps suis-je ici ?

-Vous dormez depuis deux jours. »

Deux jours ? Diligent ne pouvait même pas décrire le président Yoo Myunghan. Peu importe à quel point il était fatigué, l’homme n’avait jamais dormi plus de cinq heures par jour.

“…”

Après avoir fermé la bouche pendant un moment, Yoo Myunghan parla de façon décontractée :

« J’ai l’impression d’être assez fatigué ces derniers temps. »

Il avait pas mal de choses à faire ces derniers temps. L’effondrement soudain et le long sommeil devaient en être la cause. Cependant, le médecin continuait à maintenir une expression sérieuse. Yoo Myunghan était un homme à la tête d’une des meilleures entreprises du pays. Il avait des dizaines de milliers d’employés sous ses ordres. L’homme savait lire l’expression de l’autre. En regardant l’expression sombre du médecin, Yoo Myunghan demanda :

« Y a-t-il… quelque chose qui ne va pas avec mon corps ? »

Publicités

3 réflexions au sujet de « I Alone Level-up : Chapitre 98 »

  1. Merci a votre team pour la traduction de cette novel passionnnante!!
    Vous apportez du bonheur a des milliers de lecteurs francophones.
    Bravo!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.