TWO Chapitre 114 – Inspection


Chapitre 114 – Inspection

 

A 14h, Ouyang Shuo ne resta pas au Manoir du Seigneur mais fit un voyage à la ville de l’Amitié en compagnie du directeur et secrétaire des affaires militaires.

Sur le ferry de la ville de Shanhai, le vieux Zhang était encore à la barre du ferry public. Définitivement, le petit radeau en bois qui avait été construit par Ouyang Shuo avait été retiré et il utilisait maintenant un bateau de pêche avancé, semblable à un bateau parapluie.

Assis dessus et regardant la surface réfléchissante de l’eau, Ouyang Shuo se sentait très heureux. Au début, il avait amené le général Shi au bassin de Lianzhou et construit le village de Shanhai. A cette époque, le village était dévasté, en lambeaux et n’avait aucun talent.

En moins de 5 mois, ce petit village qui n’avait rien était devenu la ville de Shanhai, avec près de 30 000 habitants et une superficie de 1 000 kilomètres carrés, devenant le leader inébranlable du serveur chinois. Mais pour grandir et devenir roi à l’avenir, il ne pouvait pas se permettre de rester immobile ou de se laisser distancer par le temps, les réalisations de la ville de Shanhai d’aujourd’hui étant très petites et insignifiantes.

Au port de l’Amitié, le chef de la ville de l’Amitié Zhou Haichen et le commandant de l’unité de cavalerie Lin Yi avaient amené un groupe de fonctionnaires, et attendaient pour accueillir Ouyang Shuo. C’était la première fois qu’il venait dans la ville de l’Amitié, et ils ne pouvaient pas être trop décontractés.

Quand le bateau parapluie accosta, Zhou Haichen et son groupe l’accueillèrent chaleureusement : « Bienvenue sire, dans la ville de l’Amitié ».

Ouyang Shuo débarqua et, après avoir salué le vieux Zhang, il se retourna et dit à Zhang Haichen :  » C’est juste une simple visite. Pourquoi avez-vous dû amener tant de monde ? »

Zhou Haichen était stupéfait, il ne savait pas que Ouyang Shuo n’aimait pas de telles atmosphères, il voulait seulement lui faire un accueil chaleureux.

Ouyang Shuo ne voulait pas rendre la situation trop embarrassante pour Zhou Haichen, et sous les présentations de Lin Yi, il salua chaque personne une à une.

La structure organisationnelle de la ville de l’Amitié était similaire à celle de la ville principale, mais elle avait aussi ses différences. Sur les 4 principaux départements, ils n’avaient pas de Département des affaires militaires. Les territoires affiliés n’allaient pas être des organisations normales. En tant que telle, la ville de l’Amitié n’avait que les divisions secondaires telles que la Division de la logistique de combat. Les autres divisions spéciales comme la Division Sel étaient des choses que seul le camp principal avait.

Le déploiement de fonctionnaires dans lla ville de l’Amitié n’était évidemment pas comparable à celui du camp principal. Cependant, parmi les fonctionnaires de base, ils étaient considérés comme l’un des meilleurs. Sinon, ils n’auraient pas eu la chance d’être affichés ici. Ouyang Shuo espérait seulement que ce groupe de personnes pourrait se développer rapidement.

Quant aux militaires, c’étaient tous des visages familiers. Les 5 capitaines de l’unité, dont le chef de l’escouade de protection de la ville, Hu Yibiao, avaient tous été personnellement affectés par lui.

Après une simple visite du port, ils retournèrent en ville. De loin, on pouvait voir les hautes murs de la ville et la majestueuse porte sud.

Heureusement, Zhou Haichen connaissait les limites et n’avait pas pris les dispositions pour que les civils l’accueillent. En entrant dans la ville, Zhou Haichen commença à informer Ouyang Shuo de la situation dans la ville de l’Amitié.

La ville de l’Amitié comptait environ 2600 habitants et n’était plus qu’à une semaine de passer en ville de grade 2. Sans aucun doute, l’unité de cavalerie qui était logée à l’extérieur de la ville n’était pas incluse dans les chiffres.

Pour se défendre contre les tribus nomades, les entreprises agricoles étaient principalement orientées vers le sud et le long des rivières Qiushui et Amitié. D’autres industries importantes qui devaient être construites à l’extérieur de la ville comme le four à briques et l’usine de poterie le furent à l’ouest et à l’est, sous la protection du fleuve qui protège la ville.

Comme elle était située dans une région de plaines, la ville de l’Amitié manquait de bois et de pierres. Elle comptait essentiellement sur la ville principale et la ville de Qiushui pour obtenir ces ressources. Le coordinateur était naturellement le Département des Réserves Matérielles.

Bien sûr, la ville de l’Amitié n’était pas sans atouts. Même sans parler de l’industrie de l’élevage ou de l’agriculture, elle avait ses propres forces stratégiques.

Le côté sud était l’endroit où les rivières de l’Amitié et Qiushui se rencontraient, donc les ressources en eau étaient abondantes, le sol fertile, et les terres agricoles qui avait été récupérées étaient beaucoup mieux que celles de la ville de Shanhai. Cette région avait déjà récupéré 20 000 acres de terres fertiles.

Tout cela se développait richement. La future ville de l’Amitié serait la base de production céréalière, la 2ème seulement après la ville de Qiushui.

En même temps, pour développer l’avantage unique de la ville de l’Amitié et ne pas être battu par la ville de Beihai et Qiushui, Zhou Haichen avait beaucoup réfléchi et décidé de développer l’industrie textile et de la forge. Ces industries seraient utilisées dans le commerce avec les tribus nomades et une préparation préalable était donc nécessaire. A partir de cela, on pouvait voir les pensées profondes de Zhou Haichen et sa planification minutieuse.

On pourrait dire que le fait que cela puisse ou non convaincre les tribus nomades affecterait à son tour le statut de la ville de l’Amitié. S’ils ouvraient des routes commerciales, la ville de l’Amitié deviendrait une ville commerciale. Sinon, la ville de l’Amitié deviendrait une forteresse militaire.

C’est pourquoi Zhou Haichen nourrissait de grands espoirs en la visite de Ouyang Shuo.

Depuis le projet de la rivière protégeant la ville, Zhou Haichen avait envoyé des hommes pour entrer en contact avec les tribus nomades et avait fait quelques progrès. Cependant, c’était au seigneur lui-même de décider des stratégies à prendre vis-à-vis d’eux.

Malheureusement, Zhou Haichen ne savait pas que la véritable raison de la visite de Ouyang Shuo était le cheval Qingfu dans les plaines. Deux mois s’étaient écoulés depuis la création de la Division de l’armurerie. La première série de 50 armures Mingguang était déjà terminée. Cependant, comme ils n’avaient pas de chevaux de guerre appropriés, ils ne pouvaient pas en équiper l’unité de cavalerie.

Dans la salle de réunion de la ville de l’Amitié, Ouyang Shuo n’avait invité que les différents généraux pour une réunion militaire.

« Directeur Ge, parlez-moi des progrès avec le cheval vert. » demanda Ouyang Shuo.

Le voyage à la ville de l’Amitié avait été organisé à l’origine par Ge Hongliang. Avec sa personnalité, s’il n’y avait pas eu de progrès, il n’aurait pas invité Ouyang Shuo ici.

Ge Hongliang hocha la tête : « Sire, la Division du renseignement militaire a obtenu d’importants renseignements. Il y a 5 jours, la tribu nomade à l’ouest de la ville a reçu environ 100 étalons de chevaux Qingfu et était prête à étendre son échelle de reproduction.

Ouyang Shuo se calma et dit calmement : « Ce que vous voulez dire ? »

 » Ce que je veux dire est simple. On ne peut pas rater cette opportunité. Pourquoi ne pas anéantir cette petite tribu ? Si nous pouvons, rejetons la faute sur la tribu de taille moyenne à l’est de la ville, aggravant encore les relations entre eux et la tribu Tian Qi. » dit Zhu Hongliang calmement, même si son plan provoquerait certainement un bain de sang.

« Combien de personnes compte cette petite tribu, et combien de guerriers ? » demanda soigneusement Ouyang Shuo.

La Division du renseignement militaire répondit évidemment à cette question. En tant que responsable de la collecte d’informations sur les tribus nomades, le chef de l’équipe 2 du renseignement militaire, Leixun se leva : « Sire, nous avons découvert que leur tribu couvre moins de 500 kilomètres carrés et ne compte que 800 personnes, dont 300 soldats. »

Ouyang Shuo se tourna vers Lin Yi et lui demanda :  » Avez-vous confiance ? »

Lin Yi savait naturellement de quoi Ouyang Shuo parlait. « Exterminer leur force principale n’est pas difficile. Le plus dur est de ne pas laisser de survivants. Ces nomades savent monter à cheval et peuvent facilement s’échapper. »

Pour les chevaux Qingfu, Ouyang Shuo était prêt à massacrer.

« Quel est le point de vue du Département des affaires militaires ? » Ouyang Shuo se tourna vers Ge Hongliang.

Il était déjà préparé et dit : « Pour le faire proprement, une attaque furtive est préférable. De plus, pour empêcher les gens de s’échapper, en plus d’attaquer, nous devons aussi mentir et attendre pour tuer les gens qui tentent de s’échapper. »

Ouyang Shuo acquiesça : « C’est un bon plan. Cependant, les combats contre 300 cavaleries nomades sollicitent déjà nos forces. Comment aurons-nous plus de force pour les encercler ? »

« Sire a raison, avec la seule unité ici, c’est difficile d’accomplir la mission. Le seul moyen est d’augmenter le nombre de combattants. » dit Zhu Hongliang.

Ouyang Shuo avait un peu mal à la tête : « Si on ne passe pas à un comté de grade 1, il ne convient pas d’étendre notre armée. N’oubliez pas que les tribus barbares des montagnes ont 1000 guerriers d’élite à accepter. »

Ge Hongliang avait l’air d’avoir une idée et dit avec confiance : « Sire, nous avons un plan de réorganisation militaire, écoutez je vous prie ! »

 » Parlez ! »

« Mon idée est comme ça : Ces 1000 barbares, notre camp principal en prendra 500 et fera une deuxième unité d’infanterie blindée lourde. Pour les 500 restants, 300 iront dans la ville de Qiushui, ajoutant 2 escadrons de protection pour la protection de la ville de Qiushui. Les 200 derniers seront envoyés ici et 100 autres soldats formeront l’unité de protection du Village de l’Amitié. Pour cet assaut, nous pouvons utiliser un escadron de cavalerie de la ville de Qiushui et deux du camp principal qui se joindront à nous. »

Ouyang Shuo était ravi. Si c’était comme ça, à part l’unité de cavalerie et l’unité d’infanterie, cela ne dépassait pas les 10 % qu’il avait fixés pour le nombre de militaires par population.

« Bien, faisons-le comme ça. Que tout le monde se prépare vite. » Ouyang Shuo annonça un changement de personnel. « Département des affaires militaires, passez mes ordres. Zhang Daniu sera le commandant de l’unité de protection de la ville de Qiushui, Hu Yibiao sera le commandant de l’unité de protection de la ville de l’Amitié, et Shihu sera le commandant de la deuxième unité d’infanterie. »

« Oui ! » s’exclama Ge Hongliang.

Zhang Daniu, le sergent qui était en compétition avec Zhao Sihu était finalement devenu un commandant, montant au même rang que Zhao Sihu. Hu Yibiao avait beaucoup de chance, n’ayant été envoyé ici que pendant un mois et devenant déjà un commandant, promu plus vite que ses aînés.

Quant à la deuxième unité d’infanterie, la raison pour laquelle Ouyang Shuo avait promu le capitaine du deuxième escadron Shihu et non le capitaine du premier escadron, il avait évidemment ses propres considérations.

L’une était que la promotion de Shihu aiderait à accroître le sentiment d’appartenance des barbares des montagnes et leur montrerait que la ville de Shanhai utiliserait n’importe qui qui en est capable. Deuxièmement, Ouyang Shuo avait un autre plan pour Wang Feng.

Publicités

2 réflexions au sujet de « TWO Chapitre 114 – Inspection »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.